Archives de Tag: orangina

Orangina prône l’attaque avec le hand-ball… Et marque des buts

 

"Et là, on met "le jour de boire est arrivé", c'est pas mal, non? En plus c'est plutôt drôle..."

Orangina, c’est quoi? Ces derniers temps, le plus souvent des pubs incompréhensibles et dérangeantes avec des animaux anthropomorphisés comme protagonistes. Et ce, jusqu’au 30 janvier 2011, date à laquelle Orangina est devenue une marque gagnante car offensive grâce au hand-ball. Un peu trop, peut-être.

Il est toujours bon, pour une marque, quelle qu’elle soit, d’être le sponsor d’un événement, d’une équipe, d’une entité qui prône des valeurs respectables. Terrain tout trouvé : celui du sport. Mais la concurrences y est féroce. Question de compétition, sûrement. Difficile donc pour un soda, représentant d’un certain « laisser-aller » alimentaire, de s’imposer au pays de l’esprit sain dans un corps sain. Tour de force réussi par C***-C*** dans le football, à grands coups de dollars injectés sur le long terme dans la reine des épreuves, la Coupe du Monde. A qui Pepsi commence à peine à mettre des taquets dans les chevilles. Pour Orangina, on laisse donc tomber le sport-roi…

Quel autre sport marche en France? Le tennis? Trop individuel et trop porté sur l’élite. La course automobile? Trop « mécanique ». Le cyclisme? Trop dopé. Reste donc le rugby que Orangina a investi depuis 2006 par le biais du XV de France. Cinq ans, déjà?! Ah bon… Planquée derrière les mastodontes friqués que sont la Société Générale ou Orange, il faut dire que la bouteille à bootyshaker pour faire monter la pulpe a du mal à faire valoir ses atouts. Un bide, jusqu’ici. Pas étonnant quand on parle de calories. D’autant qu’il en est de même pour la popularité globale de la marque.

De facto, le soda bien de chez nous rentre il y a quelques années dans une phase de transformation intégrale pour incarner la win à la française. Traduction visuelle : l’agence Fred & Farid va s’occuper de toi. Résultat : parler d’Orangina revient à évoquer des pubs plutôt moches et chamarrés, assez flippantes, avec une corrélation complètement nébuleuse entre les animaux-personnages, le message produit et la boisson en elle-même. Comme quoi, on peut s’appeler Fred & Farid et pas toujours taper dans le mille…

 

Les suédois se demandent encore pourquoi la France agite des gros machins aux couleurs de leur pays…

Mais Orangina reste persuadée que les efforts finiront par payer. En bonne marque en mal de reconnaissance, elle a donc choisi dès 2010 de se concentrer sur un sport qui l’est tout autant, malgré ses innombrables succès : le hand-ball. Exit le rugby et la FFF (le contrat se terminant en 2012) et plein gaz sur l’équipe de France de hand-ball. Avec un timing parfait dû au scandale footballistique de l’équipe de France en Afrique du Sud et au dopage incessant dans le Tour de France, l’opinion publique s’ouvre sur d’autre sports moins médiatisés et surtout moins vérolés.

Et découvre en Orangina, lors du Mondial de hand-ball, le soutien principal « d’Experts » qui marche sur l’eau, sûrs de leurs forces tout en sachant se remettre en question. Du pain béni pour les stratèges. Relayée dans le métro, les bus, les journaux et tout ce qu’il y a d’espace occupable, la campagne des Bleus est plus couverte par la pub que les médias pendant un temps. L’équipe de France éclabousse le Danemark en finale puis le public de Malmö, armée de bouteilles d’Orangina savamment placées devant les objectifs des reporters sportifs. Même la photo officielle des vainqueurs, en une du Direct Matin du lendemain, se voit affublée d’un Orangina qui remplace l’habituel champagne.

Avec une artillerie médiatique lourde et un placement produit audacieux et intrusif, « Le jour de boire est arrivé » pour Orangina, le 30 janvier dernier. Désormais, un kangourou arbore les couleurs de la France aux côtés d’Omeyer, Karabatic et Fernandez. Toujours aussi « what the fuck? » mais Fred & Farid ont gagné. Et en sport, l’important, c’est la victoire.

 

Matthieu Rostac

Crédits photo : Facebook Orangina

Royal Soda : un règne sans partage sur les DOM TOM. Et la Métropole, dans tout ça?


Pour plus de véracité, cet article aurait dû se nommer « SNEMBG : un règne sans partage sur les DOM TOM ». Mais si j’avais fait cela, le bon jeu de mot/punchline facile qui t’accroche l’oeil ne serait plus et mon article aurait fait fuir le peu d’internautes dont je peux me targuer. Passons. Enfin, pas tout à fait. Qu’est-ce qui se cache derrière ce sigle SNEMBG et surtout, quel est son lien avec le soda Royal Soda? Très simple, la Société Nouvelle des Etablissements Modernes de Boissons Gazeuses, franchise C***-C*** et Orangina martiniquaise qui possède et commercialise peu ou prou tout ce qui contient des bulles aux Antilles, n’est autre que la fière génitrice du Royal Soda, fils à bulles gazéi-parfait. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la pieuvre sodaïco-créole et qui aime la grosse pommade passée grossièrement, c’est ici.

Un fils parfait, en effet, tant sa polyvalence donne du fil à retordre aux autres boissons gazeuses du marché. Enfin, lorsqu’elles ne font pas partie de la même grande famille SNEMBG (L’Ordinaire, Kili-Bibi, etc). Les multiples arômes du Royal Soda, pas toujours convaincants au demeurant, lui donnent le statut de gamme la plus élargie des linéaires antillais. Sinobol (glace pilée proche du Granini), Ananas, Anis, Orgeat ou encore Grenadine. Le meilleur, paraît-il. Car pour ma part, j’ai testé les arômes Banane et Kampane. Et mon palais s’en rappelle encore…

N’ayant toujours pas réussi à élucider le mystère du kampane, je vous livrerai mes impressions telles quelles. Le Royal Soda Kampane dégage, de prime abord, une odeur assez forte qui laisse vite la place à un goût outrancier et caramélisé. Un retour « poivré » et une légère pâteuse achève cette première gorgée laborieuse pour ma petite becquée d’européen. La saveur qui emplit la bouche et les narines m’avait alors rappelé les effluves si caractéristiques des boutiques africaines de Château-Rouge (tresses, dombolo et sapologie inside). La couleur, elle, est d’un marron quelque peu translucide. Le kampane, c’est marron, alors? C’est un fruit? Une racine? S’il vous plaît, répondez-moi! Je vous implore, dites-moi ce qu’est le kampane! Je n’en dors plus la nuit… A l’inverse, pour la banane et son goût, je connais sa couleur. Constat : on doit pas avoir les mêmes bananes de l’autre côté de l’Atlantique. La boisson est d’un orange vif voire effrayant. Sunglasses at night de rigueur. Le goût, lui, est très chimique : extrêment sirupeux, le Royal Soda évoque vaguement une saveur de banane qui peut rapidement écoeurer. A boire vite donc, d’autant que la boisson s’aplatit rapidement. Et pourtant, certains aiment… Je vous le donne en mille, en Europe, nous ne sommes pas encore habitués à ces saveurs démesurées. Sinon, comment expliquer la rareté du Royal Soda dans l’Hexagone?

Pénurie de Royal Soda à Barcelone. Eric Abidal est contraint de boire un Starbuck's. "Ou ka manké mwen" aurait-il déclaré, peiné.

Nombreux sont les adeptes en Métropole de ce monarque qu’on prendrait facilement pour l’Arlésienne des sodas. Nombreux sont également ceux qui déclarent sur les forums arpenter les épiceries asiatiques à sa recherche désespérée. Certains en viennent même à l’utiliser comme blaze pour leur skyblog. Trop LOL, quoi. Sans compter la foultitude de groupes Facebook érigés en l’honneur du roi des Antilles gazéifiées. Le groupe « Je Bois « ROYAL SODA & CARESSE ANTILLAISE » parce qu’il n’ y a que ça de vrai » se permet même le luxe de s’offrir près de 2000 membres. Belle communauté d’esthètes! Dans tous les cas, dès 1984, on avait la preuve tangible que le Royal Soda était le must en matière de soda « coolissimo ». Soit la même décennie que la lambada et le zouk. Coeur Caraïbes les 80’s, y a pas à tortiller. A ce titre, et ce sera ma désormais mauvaise et habituelle chute, je parapherais le deuxième chantre de la négritude, après Aimé Césaire, j’ai nommé Lilian Thuram, qui disait à peu près cela : « A tous ceux qui se battent pour savoir qui sont les meilleurs des Beatles ou des Rolling Stones, je me dis que ces gens-là n’ont jamais écouté Kassav! »(*). Eh bien, à tous les gens qui se battent pour savoir lequel est meilleur entre le Diable fait soda et Pepsi, je leur dit qu’il n’ont jamais goûté le Royal Soda. Mouhaha.

Indications techniques : Certes, le Royal soda est rare mais vous le trouverez sans aucun doute Au 14 Marché, 14 rue Marx Dormoy (Métro Marx Dormoy ou La Chapelle). La dernière fois que j’y suis passé, tous les goûts s’y trouvaient à l’exception de l’orgeat et la bouteille de 50cl coûtait 1,39€ si mes souvenirs sont bons. Va falloir qu’ils me paient les pakistanais du 14 pour toute cette pub latente!

Matthieu Rostac

Crédit photo : Aurore Colibert et Pure People

(*) Propos recueillis par l’excellent So Foot, si mes souvenirs sont bons.