Archives de Tag: news

Un soda de mauvais goût ?

Finalement, Staline, c'est un peu Groucho Marx : les lunettes et l'humour en moins...

Qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête des responsable de la marque Pivovar, distillerie située à Volgograd ?

Mais commençons en Histoire, vous voulez bien? Ancienne Stalingrad jusqu’en 1961, la ville russe s’apprête à fêter ce mois-ci le 67e anniversaire de la bataille de Stalingrad qui voyait l’Union Soviétique l’emporter sur le régime nazi à la suite d’un long et fastidieux combat de six mois. La victoire de Staline sur Hitler durant la Seconde Guerre Mondiale (Grande Guerre Patriotique en cyrillique), en d’autres termes. Pour les plus tatillons, n’oublions pas que cette bataille a fait plus d’un million et demi de victimes dont les deux tiers côté bolchevik…Derrière cette victoire, Staline assied son pouvoir et sa popularité auprès du peuple dont il est le Petit Père et ce, malgré les atrocités qu’il a pu faire avant-guerre (Goulag, Grandes Purges, assassinats des dissidents à répétition, etc) et qu’il continuera à mettre en place jusqu’ à sa mort survenue le 5 mars 1953.

Qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête des responsables de la marque Pivovar, je réitère ma question ? Courant du mois, cette société a décidé de commercialiser une boisson gazeuse à l’effigie de Staline pour commémorer la bataille de Stalingrad (la vraie, pas celle avec Jude Law et Ron Perlman). Et en édition limitée, excusez du peu, pour rendre l’objet « collector ». C’est le journal russe Komsomolskaya Pravda, ancien journal officiel du Parti et du régime, devenu par la suite pro-russe, qui révèle l’affaire. A ce titre, le patron de Pivovar Boris Izgarshev s’est défendu en déclarant qu’il « ne pensait pas qu’il y avait quelque chose de mal là-dedans ». Boisson gazeuse qui portera donc en médaillon le portrait en noir et blanc de Staline ainsi que celui de deux généraux victorieux de Stalingrad. Apposés sur une étiquette rouge, de circonstance.

Ah bah si, il savait rigoler le bougre...

Et Izgarshev d’ajouter « qu’il y aura de la demande ». Car là est tout le paradoxe de la Russie. Coincée entre une modernité qui peine à avancer (entrée dans l’UE sensible, économie de marché en berne) et un passé glorieux et prospère (notamment sous Staline) qui resurgit de manière similaire à l’Ostalgie observée en ex-RDA, la neuvième puissance mondiale doit ménager la chèvre et le choux . Comme le présente assez bien ABC News qui s’appuie sur les propos de l’ancien président Vladimir Poutine concernant l’empreinte stalinienne dans son pays, loin d’être un enfant de choeur : « je comprends combien la question est sensible. Il y a embuscade : si je dis des choses positives sur lui, de nombreuses seront en colère ; si j’en dis de mauvais, d’autres le seront également ». Il n’empêche, une boisson gazeuse, consommée à grande échelle, possède un grand pouvoir fédérateur : voilà donc un objet qui ne manquera pas d’amplifier le capital sympathie du bourreau Staline…

Mais ici, un problème se pose. Il ne faut pas faire l’amalgame entre régime communiste qui, par moments, a su montrer ses forces et un dictateur qui a user de la force et la répression pour appliquer une politique qui n’était plus commune mais sienne. Adouber le communisme comme fierté nationale passée, oui (on a bien brûlé puis placé Jeanne d’Arc dans toutes les villes de France et de Navarre, nous!). Adouber Staline pour ses victoires World War Tour en occultant le fait qu’il ait tué de milliers de ces concitoyens, non. Alors si vous me trouvez véhément envers les communistes et Staline, regardez plutôt ce qu’en disent les amerloques, encore enorgueillis de leur victoire sur Gorbatchev, même lorsqu’ils sont journalistes de JT… J’allais oublier : le soda, dont on ne connaît pas encore le nom, aura goût de citron acidulé. Pour certains, cette boisson sera plutôt amère… Et difficile à digérer.

Matthieu Rostac

Crédit photo : Vulpeslibris.wordpress.com et Wikipédia

PS : Merci à Ugo pour le lien!

Publicités

Amende salée pour le Docteur Poivre

Du poil sous les Roses... Enfin, surtout des cheveux. Et des leggings.

Printemps 2008. Les Etats-Unis s’impatientent : depuis 1993 et The Spaghetti Incident ?, Guns N’Roses n’a pas sorti d’album digne de ce nom. En 2005, le fameux album Chinese Democracy, mis en route par Axl Rose et ses potes dès 1995, avait reçu de la part du New York Times le titre honorifique d’album le plus coûteux de tous les temps. 15 millions dépensés à l’époque, quand même! Et depuis cette date, les communiqués de presse annonçant la sortie de l’album sont très souvent succédés de démentis… Jusqu’au printemps 2008, donc. C’est alors que Dr. Pepper rentre en scène. L’Histoire ne dit pas si la société pionnière du soda est une fan grandissime de GNR ou si elle flairait le bon coup marketing mais toujours est-il qu’en mars, cette dernière propose à chaque américain une canette de sa fameuse boisson gazeuse à l’amande amère si Guns N’Roses sort son serpent des mers d’album avant la fin de l’année en cours. Excepté pour Slash et Buckethead, anciens guitaristes du groupe. LOL. Pour l’intégralité du communiqué de presse lèche-cul, c’est ici.

Dès lors, Axl Rose dément avoir passé un accord avec le géant sodaïque pour une quelconque affaire de buzz mais se dit néanmoins « très surpris et heureux d’avoir le soutien de Dr. Pepper ». Sans oublier d’ajouter qu’il ne connaît toujours pas la date de sortie de l’album Chinese Democracy. L’été passe, l’affaire se tasse. GNR retourne dans son onéreux studio et le Docteur Poivre à ses linéaires géant du Wall Mart. Jusqu’en ce jour de 22 octobre 2008. Tremble, Dr. Pepper : la prophétie GNRienne est en passe de se réaliser puisque le groupe de hard FM sort son nouveau single Chinese Democracy. Dans un mois suivra l’album éponyme… Le Docteur Poivre a intérêt à maîtriser la gestion des stocks en flux tendu. Plus de 300 millions de canettes à distribuer dans tous le pays, ça fait une p’tite somme ! A ce titre, la compagnie Dr. Pepper mettra en place sur son site Internet un système de « coupon » à retirer pour obtenir son Graal heavy-gazeux chez le rabzouz du coin. Résultat : le 23 novembre 2008, jour de la sortie de l’album tant attendu, le site est pris d’assaut et subit un blackout de deux jours.

Gene Simmons de Kiss, ça ne le dérange pas de se taper la honte avec du Dr. Pepper, lui!

Ouch, GNR a rempli sa part de contrat, pas Dr. Pepper. Pour rattraper le coup (marketing), la compagnie texane rallonge le sursis de 24h à 42 heures pour retirer son coupon et met en place un numéro spécial pour soulager son site. Mais 42 heures, c’est bien trop peu pour satisfaire des millions d’américains obèses toujours au taquet pour une dose de glucose gratos (OK, facile). « Un fiasco complet » d’après le mégalomaniaque Axl Rose qui n’apprécie pas trop qu’on use de son saint nom à des fins commerciales, semblerait-il. Enfin, sans rétribution significative. L’avocat du groupe réclame donc de plates excuses ainsi qu’un « paiement approprié » en contrepartie de l’utilisation non-autorisée des GNR. Dr. Pepper claudique sur une jambe, ne sait plus sur quel pied danser, comme en témoigne Rolling Stone : « nous encouragions ouvertement le groupe à sortir son album avant la fin de l’année. Axl avait même exprimé du soutien concernant nos efforts plus tôt dans l’année ». Oh, touchey… Dr. Pepper Snapple Group persiste et signe en affirmant être « déçu de la drôle d’issue que veulent donner les avocats de Guns N’Roses à une dispute légale », relate le Dallas News.

La goutte d’eau qui fait déborder la canette ? Axl Rose lui-même se désolidarise de ses avocats en assurant être surpris de la tournure qu’a pu prendre l’affaire entre GNR et Dr. Pepper. De plus, le bonhomme, visiblement peu enclin au boulard (my apoology), dit clairement n’en avoir rien à cirer  sur son site Internet via ContactMusic.com. « Qui en a quelque chose à foutre ?! Pour le moment, on a un album dont on doit s’occuper » vitupérait-il. Point barre. L’affaire est close. So heavy, dude, booya…Dr. Pepper n’a plus d’ennuis : il peut continuer sereinement à faire la nique à C***-C*** sur le sol du 5e amendement et passer les fêtes de Noël tranquillou. Quant aux Guns N’Roses, leur album Chinese Democracy fut plutôt bien accueilli par la critique, malgré de faibles ventes. Tout est bien qui finit bien. Peut-être qu’ils auront de beaux enfants ensemble et vivrons heureux ? Ah non, en 2009, les GNR ont été attaqués par un musicien électronique allemand, Ulrich Schnauss, qui leur réclame 1 million de dollars pour plagiat de plusieurs de ses morceaux. Et leur Chinese Democracy a été banni par la République de Chine, la vraie. Y a-t-il une justice dans ce bas monde..? LEAVE-AXL-ALOOONE!!! (Chris Crocker).

Matthieu Rostac

Crédit photo : Sleazeroxx.com et Calyptratus.com