Archives de Tag: fraise

Milkis… My ass?!

Anyong Hasseyo! Aujourd’hui, on va en Corée les enfants, histoire de goûter l’un des sodas les plus dégueulasses que la Terre ait jamais enfanté… Le Milkis. De prime abord, avouons-le, la canette est plutôt jolie et inspire à l’évasion (oh, la jolie Mary Poppins), mais ce qu’il y a à l’intérieur « c’est pas beau. Même assez dégoûtant » comme le disait si bien Gainsbourg dans sa chanson Vu de l’Extérieur. Une belle couleur blanchâtre et opaque qui rappelle le lait en poudre, ou du foutre autre chose pour les plus grossiers d’entre nous. Et pour cause ! Le soda est à base de lait. Une première au pays des boissons gazeuses – qui s’inspire de la boisson traditionnelle japonaise le Calpis – lorsque le soda fait son apparition à grande échelle au en Corée (du Sud, of course) et au Japon à la fin des années 80. A cette époque, Lotte Chilsung, la société qui commercialise le Milkis, voit les choses en grand et c’est Chow Yun-fat (un chinois, hérésie !!!), alors en pleine bourre médiatique, qui s’occupe de vanter les mérites du lait à bulles dans un spot pastiche des films de John Woo. Un début de carrière A Toute Epreuve, mec.

A toute épreuve comme la dégustation de ce soda. Et c’est un euphémisme. Gonzo journalism, right. Une sorte de Danao gazéifié, saveur Melon pour ma pomme. Pourtant, très étonnant, le soda connaît un véritable succès. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter : Lotte Chilsung est le plus grand groupe de boissons asiatique depuis la fin des années 90 ; l’image de la boisson gazeuse, elle, est tenue par Han Chae Young, une drama-queen phare de la TV. Sacrément burnée, la demoiselle ! Faut pas lui chourrer son Milkis ! Personnellement, je préférerais que ce soit lui qui en fasse la publicité. Sinon, hors du continent jaune, on retrouve souvent le gaz lacté au travers des linéaires américains et russes (tiens, encore deux frères ennemis) : saveur melon, donc, mais également orange, fraise, mangue et même potiron… Sur Youtube, les tests en direct live de Milkis se multiplient. Ils prennent même les enfants, les salauds ! Le « pire », c’est qu’en général, ils aiment ça.

Don't tutss ma Mi'kis, matafukas!!!

Première remise en cause : je ne suis pas fait pour le Milkis, sûrement. Pas fait pour le soda, peut-être ? Non, je ne peux m’y résoudre. C’est juste que les américains ont les papilles écorchées. Quant aux russes, quand on sait que le vodka coûte si peu cher… Et puis, le goût est français, c’est un fait : un peu de mauvaise foi chauvine, ça ne fait jamais de mal. A bien y réfléchir, le seul Milkis dont je suis fan est peut-être celui qui s’appelle Edward. Producteur de télévision américain de ce quei se fait de mieux dans les 70’s, on doit au bonhomme l’allonge financière pour les désormais cultes Star Trek et Happy Days. Fonzie & Kirk rule ! Concernant les coréens, je leur pardonne (que je suis magnanime) et je préfère me concentrer sur leurs succulents barbecues, leur génial cinéma ou bien sur leurs émissions de télé comme celle-ci. Allez, ahn nyung hee ka se yo !

Informations techniques : Je suis sympa, je vous dit où on peut trouver cette cochonnerie. Un seul endroit sur Paris : le K-Mart, 8 rue Saint-Anne PARIS 2 (métro Pyramides). La canette n’excède pas les 2€.

Matthieu Rostac

Crédit photo : Aurore Colibert et Blog City

Jimmy’s Food Factory : quand un fermier réinvente le C***-C***

Souvent, à la ferme, je Suffolk! Heureusement que Fluffy est là...

Jimmy Doherty. Aucun lien de parenté avec Pete. Bien au contraire. Ami d’enfance de Jamie Oliver (le Cyril Lignac anglais, avec cinq ans d’avance sur le vrai Cyril Lignac) et fermier de son état, nul doute que le bonhomme devait s’ennuyer ferme dans son étable du Suffolk avec pour seul compagnie sa femme et ses cochons. D’autant que ce dernier n’est pas un agriculteur à la tête en bois puisque docteur en entomologie… C’est sûrement pour cela que Jimmy s’est convaincu d’envahir le paysage audiovisuel britannique en multipliant les émissions de télévision sur le réseau BBC. Pas moins de huit émissions entre 2004 et 2008 avec notre fermier de Jimmy comme présentateur/héros, parmi lesquelles la désormais célèbre Jimmy’s Farm qui explore le quotidien de sa ferme, esthétique Real Tv à l’appui pour renforcer la dramaturgie.

Mais ici, c’est sa dernière émission en date qui nous intéresse : Jimmy’s Food Factory, dans laquelle Jimmy Doherty déconstruit les secrets (voire les tabous) de l’industrie agro-alimentaire en transformant son étable en labo de chimie hybride à l’épreuve des balles. Pour synthétiser, JFF c’est le Salon de l’Agriculture sans Chirac et les mains au cul, mais avec une touche de hype écolo et de « on nous cache tout, on nous dit rien! ». Entre Mythbusters et Jamy Gourmaud pour l’esprit pédago-geek et fun. Dit comme ça, ça a l’air plutôt chiant. Mais Jimmy est un vrai fou furieux. Lors de mon dernier séjour en Ecosse en novembre 2009, à défaut d’observer la France battre l’Irlande en mode dirty, j’ai découvert que le mec avait recréé une fraise naturelle à partir d’un fraise lyophilisée issue d’un paquet de Jordan’s Country Crisp


La semaine suivante, Jimmy faisait pire (ou mieux, au choix) encore. Il reconstituait le Diable fait soda à l’aide des composants inscrits sur le côté de l’étiquette et d’un peu d’ingéniosité. Pour le résultat, je vous laisse la surprise juste au-dessus avec l’épisode entier, malgré la VO non sous-titrée. Bon, je l’avoue, je n’ai point la primauté médiatique de l’émission Jimmy’s Food Factory, l’étrangleur du XVe William Leymergie et ses boy-scouts en ayant fait l’apologie dans leur Télématin du 8 janvier 2010. Mais leur lecteur est pourri et personne mate la 2 à 6h du mat’, mouhahahahaha… Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le fameux fermier Jimmy sans passer par la case Wiki, le bonhomme est sacrement simpla (simple et sympa) au micro du Telegraph. Sinon, ça brancherait quelqu’un de faire du C*** maison?

Matthieu Rostac

Crédit photo : Daily Mail