Archives de Tag: coca

Orangina prône l’attaque avec le hand-ball… Et marque des buts

 

"Et là, on met "le jour de boire est arrivé", c'est pas mal, non? En plus c'est plutôt drôle..."

Orangina, c’est quoi? Ces derniers temps, le plus souvent des pubs incompréhensibles et dérangeantes avec des animaux anthropomorphisés comme protagonistes. Et ce, jusqu’au 30 janvier 2011, date à laquelle Orangina est devenue une marque gagnante car offensive grâce au hand-ball. Un peu trop, peut-être.

Il est toujours bon, pour une marque, quelle qu’elle soit, d’être le sponsor d’un événement, d’une équipe, d’une entité qui prône des valeurs respectables. Terrain tout trouvé : celui du sport. Mais la concurrences y est féroce. Question de compétition, sûrement. Difficile donc pour un soda, représentant d’un certain « laisser-aller » alimentaire, de s’imposer au pays de l’esprit sain dans un corps sain. Tour de force réussi par C***-C*** dans le football, à grands coups de dollars injectés sur le long terme dans la reine des épreuves, la Coupe du Monde. A qui Pepsi commence à peine à mettre des taquets dans les chevilles. Pour Orangina, on laisse donc tomber le sport-roi…

Quel autre sport marche en France? Le tennis? Trop individuel et trop porté sur l’élite. La course automobile? Trop « mécanique ». Le cyclisme? Trop dopé. Reste donc le rugby que Orangina a investi depuis 2006 par le biais du XV de France. Cinq ans, déjà?! Ah bon… Planquée derrière les mastodontes friqués que sont la Société Générale ou Orange, il faut dire que la bouteille à bootyshaker pour faire monter la pulpe a du mal à faire valoir ses atouts. Un bide, jusqu’ici. Pas étonnant quand on parle de calories. D’autant qu’il en est de même pour la popularité globale de la marque.

De facto, le soda bien de chez nous rentre il y a quelques années dans une phase de transformation intégrale pour incarner la win à la française. Traduction visuelle : l’agence Fred & Farid va s’occuper de toi. Résultat : parler d’Orangina revient à évoquer des pubs plutôt moches et chamarrés, assez flippantes, avec une corrélation complètement nébuleuse entre les animaux-personnages, le message produit et la boisson en elle-même. Comme quoi, on peut s’appeler Fred & Farid et pas toujours taper dans le mille…

 

Les suédois se demandent encore pourquoi la France agite des gros machins aux couleurs de leur pays…

Mais Orangina reste persuadée que les efforts finiront par payer. En bonne marque en mal de reconnaissance, elle a donc choisi dès 2010 de se concentrer sur un sport qui l’est tout autant, malgré ses innombrables succès : le hand-ball. Exit le rugby et la FFF (le contrat se terminant en 2012) et plein gaz sur l’équipe de France de hand-ball. Avec un timing parfait dû au scandale footballistique de l’équipe de France en Afrique du Sud et au dopage incessant dans le Tour de France, l’opinion publique s’ouvre sur d’autre sports moins médiatisés et surtout moins vérolés.

Et découvre en Orangina, lors du Mondial de hand-ball, le soutien principal « d’Experts » qui marche sur l’eau, sûrs de leurs forces tout en sachant se remettre en question. Du pain béni pour les stratèges. Relayée dans le métro, les bus, les journaux et tout ce qu’il y a d’espace occupable, la campagne des Bleus est plus couverte par la pub que les médias pendant un temps. L’équipe de France éclabousse le Danemark en finale puis le public de Malmö, armée de bouteilles d’Orangina savamment placées devant les objectifs des reporters sportifs. Même la photo officielle des vainqueurs, en une du Direct Matin du lendemain, se voit affublée d’un Orangina qui remplace l’habituel champagne.

Avec une artillerie médiatique lourde et un placement produit audacieux et intrusif, « Le jour de boire est arrivé » pour Orangina, le 30 janvier dernier. Désormais, un kangourou arbore les couleurs de la France aux côtés d’Omeyer, Karabatic et Fernandez. Toujours aussi « what the fuck? » mais Fred & Farid ont gagné. Et en sport, l’important, c’est la victoire.

 

Matthieu Rostac

Crédits photo : Facebook Orangina

Publicités

Paso de los Toros : que reste-t-il de nos amours ?

Aurore Colibert ©

« Au beau milieu de l’Uruguay, là où passe le Rio Negro, vivaient des éclaireurs qui aidaient charrettes et troupeaux à traverser cette rivière extrêmement dangereuse lorsque le courant était fort. Pour leur force et leur bravoure, ces éclaireurs se faisaient appeler les hommes-taureaux » (*). C’est sur cette phrase énigmatique, empreinte d’un paganisme si cher aux sud-américains, que Paso de los Toros aurait été fondée… A l’origine ville de « peones », mère de l’auteur uruguayen Mario Benedetti, Paso de los Toros verra son destin bouleversée par la rencontre improbable d’un industriel anglais d’un étudiant en chimie de Montevideo. En 1926, George Jones et Romulo Mangini travaillent tous deux pour une usine de savon de la ville. Ils décident de diversifier cette activité en « recopiant » au mieux la recette d’un tonic anglais, le Bull Dog, seule boisson possédant ses droits d’entrée en « Suisse d’Amérique Latine » pour y lancer le premier soda made in Uruguay. Le Paso de los Toros était né. Le « capital » (si tant est qu’il y en ait un) de Paso de los Toros est ouvert aux villageois, à hauteur de dis pesos l’action. Une sorte de modèle d’économie participative à l’échelle locale, de droit du sol profitable aux descendants des laborieux hommes-taureaux. Pour la version longue, c’est ici. En espérant que vous aimez l’espagnol…

A l’orée des années 50, le succès est tel que la société voit ses actionnaires pulluler de même que ses usines sur le sol uruguayen, obligeant Mangini à s’implanter jusqu’à Montevideo. Ce qui, bien sûr, attise l’intérêt des conglomérats US, à la recherche de nouveaux marchés dans les pays émergents. Une fois n’est pas coutume, le géant Pepsi Co. remportera la mise au nez et à la barbe de son grand rival le Diable Rouge. La quantité de quinine contenues dans la boisson gazeuse devenant trop dangereuse pour les consommateurs, la société se lance dans des sodas aux fruits, notamment à l’orange, au citron et au pamplemousse. A la même période, le créateur Romulo Mangini meurt et Pepsi devient actionnaire majoritaire de la société Tonic Water Company Paso de los Toros. Ainsi commence le deuxième acte de l’histoire de Paso de los Toros, rentré dans le rang du capitalisme comme tout bon soda qui se respecte, après une escapade dans l’utopie mercantile. Paso de los Toros finit par traverser le fleuve Uruguay et s’implanter chez le frère ennemi argentin. La Celeste, l’équipe nationale de football de l’Uruguay ne retrouvera jamais son niveau d’antan. C’est un certaine idée du romantisme sud-américain qui s’évente.

Fernando Cavenaghi, joueur des Girondins de Bordeaux surnommé "El Torito" est... Argentin. Chienne de vie.

Au sens propre comme au figuré puisque désormais, la société Tonic Water Company Paso de los Toros met un point d’orgue à faire une croix sur le fleur bleue et le cucul. Un Paso de los Toros sabor pomelo à la main, de préférence. Pour sa dernière grande campagne publicitaire, réalisée par l’agence BBDO Argentine, les buveurs de ce soda au pamplemousse prennent un malin plaisir à briser les délires gnan-gnan de couples sirupeux et détestables. Raison invoquée ? « La douceur n’étanche pas la soif », d’après le slogan. Bien ouej, pour une boisson dite « amère ». De surcroît, pour créer le buzz, la société BBDO invente le site Mandaleunmensajeatuex.com (littéralement Envoieunmessageàtonex.com) où des amants éplorés peuvent déverser leur trop-plein de fiel sur leurs anciens partenaires sentimentaux, aux yeux et à la vue de tous. Pis, un an plus tard, l’agence de pub a publié un « recueil » des meilleurs messages – 6000 reçus, au total – distribué dans toutes les bonnes librairies. Et pour ceux ou celles qui auraient manqué un épisode, BBDO a disposé à divers endroits stratégiques des grandes villes argentines de magnifiques poupées vaudou piquées, sur lesquelles étaient laissées à disposition le livre d’or de l’aigreur, sobrement intitulé « la vengeance immortelle ». Début de la campagne : début février 2009, une semaine avant la Saint-Valentin. Ça, c’est du marketing !

Mais objectivement, que reste-t-il de ce valeureux soda, héritage des hommes-taureaux de la lande uruguayenne ? Je n’irai pas jusqu’à vous survendre le produit en vous déclamant que cette boisson gazeuse possède toute la force de caractère de ses aïeux et blablabla, on n’est pas dans une publicité pour le whisky… Une chose est sûre, c’est sans nul doute le meilleur soda au pamplemousse qui existe. Certes, il n’y a pas pléthore sur le marché mais à un Schweppes agrumes, je préfère encore le Paso de los Toros saveur pomelo. Pas outrancier pour un sou, le soda est très fin, acidulé ce qu’il faut tout en gardant la subtile amertume du pamplemousse. Le breuvage pétille juste, ne s’aplatit pas vite, laisse un agréable retour en bouche et, comble de l’esthète, se boit OBLIGATOIREMENT dans un verre. C’est mentionné sur le côté de la canette. Sinon, turista. Qui plus est, le packaging est plutôt sexy : old school mais pas trop, on boit ce que l’on voit. Et inversement. Dernière anecdote pour les petits rigolos adeptes de facéties estampillées Jamy & Fred ou Nature & Découvertes : les agents de quinine contenus dans la boisson font que le Paso de los Toros brille dans la nuit. Comme le Luminou, oui.

Informations techniques : je ne peux vous dire si l’on trouve en France du Paso de los Toros, la canette que l’on m’a rapporté vient d’Argentine… Sorry guys !

Matthieu Rostac

Crédits photo : Aurore Colibert et Sport 24

(*) Propos issus de l’ouvrage Historia de Paso de los Toros de Pedro Armua

Nouveau look pour une nouvelle vie avec C***-C***

"Réorientaliser des chinoises qui veulent s'occidentaliser : c'est pas de la merde, ça, comme idée, hein ?"

Cristina Cordula, la relookeuse de M6 se fait déjà les ongles. En french manucure de préférence, parce que « c’est mâgnifiiique, mâ chériiie ». Coutumière du fait, la multinationale responsable du Diable fait soda redonne un coup de fouet à sa petite bouteille rouge et blanche ce printemps. En n’oubliant pas d’ouvrir vers l’extérieur ces collaborations, histoire de faire le buzz. Rappelons que l’année dernière, la styliste Nathalie Rykiel (« soeur de ») s’en était déjà donné à cœur joie pour peinturlurer de rayures la boisson gazeuse la plus célèbre du monde. Version light, bien sûr : on reste dans l’univers de la mode…

Cette année, ce sont les « artistes » qui s’y collent. Le mois dernier, le chanteur Mika a présenté officiellement SA bouteille de C***, soigneusement « designée » par ses soins. Pour synthétiser, le monde des Bisounours de ses clips se retrouvent flanqué sur une bouteille de métal. Ou comment tourner en rond avec son style – assez agaçant, vous en conviendrez – depuis belle lurette. Car Mika, c’est un peu comme un Malabar. Au début, c’est marrant : plein de couleurs, vert, jaune, rose, fun et rigolo. Au final, c’est écœurant et on n’a mal à la mâchoire. Mais cela semble lui réussir (en 2009, le chanteur en est à 19 millions d’albums vendus dans le monde). De même que C***-C*** qui signe ici un joli coup marketing. Pour écouteur l’américano-libanais se passer la pommade sur sa Happiness Bottle, c’est sur LePost.fr.

Mais ce n’est pas fini pour le Diable rouge ! Hier est parue sur le site Premiere.fr la grande nouvelle : Karle Lagerfeld a, lui aussi, relooké la bouteille de soda à la recette secrète il y a peu. Le directeur artistique de la maison Chanel a dessiné une bouteille à son image : sobre et mégalomane. C’est moins drôle que le gilet jaune mais tout aussi efficace. La preuve en est : une large campagne d’affichage nationale présentera la canette dès le 24 avril. De son côté, le très chic et (trop?) hype magasin parisien Colette se chargera de vendre des coffrets collectors « Cokarl Lagerfeld » pour la modique somme de 47€. Ou 57€, on est pas encore sûr. D’ici deux semaines, sa valeur aura peut-être grimpé de dix euros dans les sondages… Une chose est sûre : Lagerfeld a expressement demandé à retaper la bouteille light de C***- C***. La mode, toujours la mode… Le soda 100% sucre, mauvais souvenir pour Karlito.

Light toujours, Valérie Damidot. Néo-actrice et autre experte ès-relooking épileptique de la petite chaîne qui monte depuis bien trop longtemps avec Cristinaaa, l’animatrice de D&CO se serait félicitée d’une telle initiative, vidant au passage une douzaine de packs durant son marouflage et ses débouchages d’angles. Rho, c’est méchant, tout ça parce qu’elle est grosse et qu’elle est kikoulol-énervante ! Mouhahahahaha, m’en fous, c’est mon blog : je fais ce que je veux. Tiens, d’ailleurs, je vais me prostituer et perdre mon intégrité pour optimiser mon référencement : Coca-Cola.

Matthieu Rostac

Crédits photo : Paris Match et  Trends-Luxury.com

Du soda dans mon portable… Foutu ? Non, ingénieux.

Cela fait presque un mois que je n’ai pas écrit sur ce blog, veuillez m’excuser mais quelques occupations me retenaient ailleurs. Néanmoins, honte à moi. Et comme une honte ne vient jamais seule, je m’en viens parapher Nicolas Hulot et son documentaire nanardo-naïf Le Syndrome du Titanic pour entamer cet article : « le modèle économique en place n’est plus la solution mais bien le problème ». Soit. En conséquence, de nombreuses industries s’évertuent à trouver un compromis rentable entre économie et écologie et ne se gênent pas pour le faire savoir, à grands coups de campagnes publicitaires. En témoigne la dernière campagne démagogique de l’EDF (tiens, prends ça Henri Proglio, BIM !). D’autres, moins tape-à-l’oeil, préfèrent se concentrer sur le véritable nerf de la guerre : l’innovation. Même si, il est vrai, la course au développement durable s’apparente parfois à une course à l’échalote, avec une tripotée de prototypes aussi farfelus les uns que les autres. C’est le cas de Nokia qui a confié à une jeune designer chinoise, Daizi Zheng, le soin de créer un téléphone portable eco-friendly.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le prototype est aussi étonnant que pétillant. A défaut de posséder une batterie électrique, le cellulaire utilise comme combustible… Du soda. Le dos de l’objet fait office de réservoir à bulles et le reste ressemble à un gadget tout droit sorti du film Total Recall. Une seul recharge suffit à alimenter le téléphone quatre fois plus longtemps qu’une batterie au lithium standard. Awesome, dude. Mais comment cela est-ce possible, me direz-vous ? Pour les plus anglophiles d’entre vous, rendez-vous sur ce lien qui explique tout. Pour les plus feignants, je synthétise : le téléphone produit de l’énergie grâce au sucre hydrocarbonique de la boisson et ce, à l’aide d’une « catalyse enzymatique ». Une fois le GSM (belgian style) déchargé, le liquide n’est plus que de l’eau. L’expérience ne dit pas si elle est potable. Pour le moment, le stade du prototype est « avancé » mais n’est pas sûr de voir le jour sur le marché de la téléphonie mobile. Néanmoins, il faudra dans les années à venir s’habituer au mot « bio-batterie », tant l’idée semble séduire.

Fatche! Je viens d'exploser mon forfait... Mes parents vont me hagate!

Reste à savoir si les consommateurs seraient prêts à débourser encore quelques billets en suppléments de leur téléphone et leur onéreux abonnement. Dans l’histoire, mine de rien, c’est surtout le soda qui ressort grand vainqueur. Au-delà du fait que C***-C*** a financé le projet en collaboration avec Nokia, permettant ainsi au Diable rouge de se placer sur la question de l’environnement, c’est tout le secteur qui s’offre une nouvelle virginité. Alors que les politiques américains et les britanniques veulent la peau des boissons gazeuses avec une taxation abusive (j’y consacrerais un article la semaine prochaine, keep in touch), le marché a trouvé là un moyen – certes jeune et encore hypothétique – de prouver à l’opinion publique que le sucre contenu dans ses canettes n’est pas que méfaits sanitaires et calories excessives. Voire de compter sur lui dans les années futures. Pour autant, la branche du soda est-elle prête à se repositionner sur le marché des énergies renouvelables? Quitter les linéaires des GMS pour se déplacer dix mètres plus loin, à la pompe de la station-service ? J’y songerais lorsque des enfants se rinceront le gosier de pétrole raffiné, le sourire jusqu’aux oreilles…

Pour ceux qui seraient vraiment curieux, allez jeter un coup d’oeil aux autres projets de Daizi Zheng. C’est une alternative au conditionnement de produit assez inventive.

Matthieu Rostac

Crédit photo : Daizi Zheng et un Skyblog, bien sûr

Amende salée pour le Docteur Poivre

Du poil sous les Roses... Enfin, surtout des cheveux. Et des leggings.

Printemps 2008. Les Etats-Unis s’impatientent : depuis 1993 et The Spaghetti Incident ?, Guns N’Roses n’a pas sorti d’album digne de ce nom. En 2005, le fameux album Chinese Democracy, mis en route par Axl Rose et ses potes dès 1995, avait reçu de la part du New York Times le titre honorifique d’album le plus coûteux de tous les temps. 15 millions dépensés à l’époque, quand même! Et depuis cette date, les communiqués de presse annonçant la sortie de l’album sont très souvent succédés de démentis… Jusqu’au printemps 2008, donc. C’est alors que Dr. Pepper rentre en scène. L’Histoire ne dit pas si la société pionnière du soda est une fan grandissime de GNR ou si elle flairait le bon coup marketing mais toujours est-il qu’en mars, cette dernière propose à chaque américain une canette de sa fameuse boisson gazeuse à l’amande amère si Guns N’Roses sort son serpent des mers d’album avant la fin de l’année en cours. Excepté pour Slash et Buckethead, anciens guitaristes du groupe. LOL. Pour l’intégralité du communiqué de presse lèche-cul, c’est ici.

Dès lors, Axl Rose dément avoir passé un accord avec le géant sodaïque pour une quelconque affaire de buzz mais se dit néanmoins « très surpris et heureux d’avoir le soutien de Dr. Pepper ». Sans oublier d’ajouter qu’il ne connaît toujours pas la date de sortie de l’album Chinese Democracy. L’été passe, l’affaire se tasse. GNR retourne dans son onéreux studio et le Docteur Poivre à ses linéaires géant du Wall Mart. Jusqu’en ce jour de 22 octobre 2008. Tremble, Dr. Pepper : la prophétie GNRienne est en passe de se réaliser puisque le groupe de hard FM sort son nouveau single Chinese Democracy. Dans un mois suivra l’album éponyme… Le Docteur Poivre a intérêt à maîtriser la gestion des stocks en flux tendu. Plus de 300 millions de canettes à distribuer dans tous le pays, ça fait une p’tite somme ! A ce titre, la compagnie Dr. Pepper mettra en place sur son site Internet un système de « coupon » à retirer pour obtenir son Graal heavy-gazeux chez le rabzouz du coin. Résultat : le 23 novembre 2008, jour de la sortie de l’album tant attendu, le site est pris d’assaut et subit un blackout de deux jours.

Gene Simmons de Kiss, ça ne le dérange pas de se taper la honte avec du Dr. Pepper, lui!

Ouch, GNR a rempli sa part de contrat, pas Dr. Pepper. Pour rattraper le coup (marketing), la compagnie texane rallonge le sursis de 24h à 42 heures pour retirer son coupon et met en place un numéro spécial pour soulager son site. Mais 42 heures, c’est bien trop peu pour satisfaire des millions d’américains obèses toujours au taquet pour une dose de glucose gratos (OK, facile). « Un fiasco complet » d’après le mégalomaniaque Axl Rose qui n’apprécie pas trop qu’on use de son saint nom à des fins commerciales, semblerait-il. Enfin, sans rétribution significative. L’avocat du groupe réclame donc de plates excuses ainsi qu’un « paiement approprié » en contrepartie de l’utilisation non-autorisée des GNR. Dr. Pepper claudique sur une jambe, ne sait plus sur quel pied danser, comme en témoigne Rolling Stone : « nous encouragions ouvertement le groupe à sortir son album avant la fin de l’année. Axl avait même exprimé du soutien concernant nos efforts plus tôt dans l’année ». Oh, touchey… Dr. Pepper Snapple Group persiste et signe en affirmant être « déçu de la drôle d’issue que veulent donner les avocats de Guns N’Roses à une dispute légale », relate le Dallas News.

La goutte d’eau qui fait déborder la canette ? Axl Rose lui-même se désolidarise de ses avocats en assurant être surpris de la tournure qu’a pu prendre l’affaire entre GNR et Dr. Pepper. De plus, le bonhomme, visiblement peu enclin au boulard (my apoology), dit clairement n’en avoir rien à cirer  sur son site Internet via ContactMusic.com. « Qui en a quelque chose à foutre ?! Pour le moment, on a un album dont on doit s’occuper » vitupérait-il. Point barre. L’affaire est close. So heavy, dude, booya…Dr. Pepper n’a plus d’ennuis : il peut continuer sereinement à faire la nique à C***-C*** sur le sol du 5e amendement et passer les fêtes de Noël tranquillou. Quant aux Guns N’Roses, leur album Chinese Democracy fut plutôt bien accueilli par la critique, malgré de faibles ventes. Tout est bien qui finit bien. Peut-être qu’ils auront de beaux enfants ensemble et vivrons heureux ? Ah non, en 2009, les GNR ont été attaqués par un musicien électronique allemand, Ulrich Schnauss, qui leur réclame 1 million de dollars pour plagiat de plusieurs de ses morceaux. Et leur Chinese Democracy a été banni par la République de Chine, la vraie. Y a-t-il une justice dans ce bas monde..? LEAVE-AXL-ALOOONE!!! (Chris Crocker).

Matthieu Rostac

Crédit photo : Sleazeroxx.com et Calyptratus.com

La coca, le cola et le cul de la crémière pour le président bolivien Evo Morales

Incroyable : on vient de retrouver l'unique survivant des Carapicho!

Dire d’Evo Morales, le président bolivien, qu’il n’aime pas les Etats-Unis est un doux euphémisme. Après sa réélection en décembre 2009, l’amérindien jette encore un pavé dans la mare sud-américaine déjà bien agitée des Etats-Unis. En effet, le président bolivien étudie la possibilité de créer une boisson gazeuse nationale, un cola pour être plus exact. Et l’ingrédient de base en serait la coca. Coca utilisée officiellement pour lutter contre le mal d’altitude ou la faim par les habitants de l’altiplano, les Collas. D’où le nom bien choisi du produit : le coca colla. Avec, en prime, une couleur brunâtre et une étiquette rouge. C’est ce qu’on appelle marcher sur les plates-bandes… Et comme si cela ne suffisait pas, le vice-ministre du développement Victor Hugo (aucun lien, fils unique) Vasquez claironne que la production pourrait être lancée dans seulement quatre petits mois. A voir le degré d’inimitié des boliviens envers les américains et la popularité de Morales « l’altermondialiste », nul doute que le soda casserait le Barack s’il venait à être commercialisé! Et si jamais le projet du coca colla ne fonctionne pas, le gouvernement bolivien peut toujours utiliser la coca à d’autres fins agro-alimentaires : farine, gâteaux, infusions ou encore liqueur.

La coca n'a pas que du goût, elle sert aussi à "avoir du goût"

Morales, donc, n’est pas prêt de lâcher le morceau. La coca, c’est tout le symbole de la politique moralesienne. Ancien cultivateur de cette « herbe sacrée » millénaire, Evo le socialo en a fait son cheval de bataille politique. La coca s’est vue élevée au rang de « patrimoine culturel » et de « facteur de cohésion sociale » dans la nouvelle Constitution bolivienne de 2009, comme le relate l’AFP via France 24. Un nouveau pas franchi vers l’indianisation « back to the roots » affichée par Morales, qui avait mastiqué une feuille de coca devant la Tribune des Nations Unies en mars 2009 pour militer en sa faveur. En 2010, le gouvernement espère faire passer l’étendue des cultures de 12 à 20 000 hectares. Seul hic : la coca est un produit déclaré « illégal » par l’ONU depuis 1961. De plus, la communauté internationale porte de lourds soupçons sur l’usage de cette coca. Selon le Figaro, 30 à 40% de ses récoltes seraient détournées pour produire de la cocaïne. Déjà, en 2008, la couronne du troisième producteur de cocaïne mondial ornait la tête de la République bolivienne et l’agence antidrogue américaine avait été priée de rejoindre les frontières du pays. Une chose est sûre : en Bolivie, la coca dérange. Bientôt, peut-être, les autorités américaines diront également que le cola gêne.

Matthieu Rostac

Crédit photo : Souklaye.wordpress.com et MSNBC

Jimmy’s Food Factory : quand un fermier réinvente le C***-C***

Souvent, à la ferme, je Suffolk! Heureusement que Fluffy est là...

Jimmy Doherty. Aucun lien de parenté avec Pete. Bien au contraire. Ami d’enfance de Jamie Oliver (le Cyril Lignac anglais, avec cinq ans d’avance sur le vrai Cyril Lignac) et fermier de son état, nul doute que le bonhomme devait s’ennuyer ferme dans son étable du Suffolk avec pour seul compagnie sa femme et ses cochons. D’autant que ce dernier n’est pas un agriculteur à la tête en bois puisque docteur en entomologie… C’est sûrement pour cela que Jimmy s’est convaincu d’envahir le paysage audiovisuel britannique en multipliant les émissions de télévision sur le réseau BBC. Pas moins de huit émissions entre 2004 et 2008 avec notre fermier de Jimmy comme présentateur/héros, parmi lesquelles la désormais célèbre Jimmy’s Farm qui explore le quotidien de sa ferme, esthétique Real Tv à l’appui pour renforcer la dramaturgie.

Mais ici, c’est sa dernière émission en date qui nous intéresse : Jimmy’s Food Factory, dans laquelle Jimmy Doherty déconstruit les secrets (voire les tabous) de l’industrie agro-alimentaire en transformant son étable en labo de chimie hybride à l’épreuve des balles. Pour synthétiser, JFF c’est le Salon de l’Agriculture sans Chirac et les mains au cul, mais avec une touche de hype écolo et de « on nous cache tout, on nous dit rien! ». Entre Mythbusters et Jamy Gourmaud pour l’esprit pédago-geek et fun. Dit comme ça, ça a l’air plutôt chiant. Mais Jimmy est un vrai fou furieux. Lors de mon dernier séjour en Ecosse en novembre 2009, à défaut d’observer la France battre l’Irlande en mode dirty, j’ai découvert que le mec avait recréé une fraise naturelle à partir d’un fraise lyophilisée issue d’un paquet de Jordan’s Country Crisp


La semaine suivante, Jimmy faisait pire (ou mieux, au choix) encore. Il reconstituait le Diable fait soda à l’aide des composants inscrits sur le côté de l’étiquette et d’un peu d’ingéniosité. Pour le résultat, je vous laisse la surprise juste au-dessus avec l’épisode entier, malgré la VO non sous-titrée. Bon, je l’avoue, je n’ai point la primauté médiatique de l’émission Jimmy’s Food Factory, l’étrangleur du XVe William Leymergie et ses boy-scouts en ayant fait l’apologie dans leur Télématin du 8 janvier 2010. Mais leur lecteur est pourri et personne mate la 2 à 6h du mat’, mouhahahahaha… Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le fameux fermier Jimmy sans passer par la case Wiki, le bonhomme est sacrement simpla (simple et sympa) au micro du Telegraph. Sinon, ça brancherait quelqu’un de faire du C*** maison?

Matthieu Rostac

Crédit photo : Daily Mail