Archives de Catégorie: L'histoire n'oublie jamais les grands sodas

Paso de los Toros : que reste-t-il de nos amours ?

Aurore Colibert ©

« Au beau milieu de l’Uruguay, là où passe le Rio Negro, vivaient des éclaireurs qui aidaient charrettes et troupeaux à traverser cette rivière extrêmement dangereuse lorsque le courant était fort. Pour leur force et leur bravoure, ces éclaireurs se faisaient appeler les hommes-taureaux » (*). C’est sur cette phrase énigmatique, empreinte d’un paganisme si cher aux sud-américains, que Paso de los Toros aurait été fondée… A l’origine ville de « peones », mère de l’auteur uruguayen Mario Benedetti, Paso de los Toros verra son destin bouleversée par la rencontre improbable d’un industriel anglais d’un étudiant en chimie de Montevideo. En 1926, George Jones et Romulo Mangini travaillent tous deux pour une usine de savon de la ville. Ils décident de diversifier cette activité en « recopiant » au mieux la recette d’un tonic anglais, le Bull Dog, seule boisson possédant ses droits d’entrée en « Suisse d’Amérique Latine » pour y lancer le premier soda made in Uruguay. Le Paso de los Toros était né. Le « capital » (si tant est qu’il y en ait un) de Paso de los Toros est ouvert aux villageois, à hauteur de dis pesos l’action. Une sorte de modèle d’économie participative à l’échelle locale, de droit du sol profitable aux descendants des laborieux hommes-taureaux. Pour la version longue, c’est ici. En espérant que vous aimez l’espagnol…

A l’orée des années 50, le succès est tel que la société voit ses actionnaires pulluler de même que ses usines sur le sol uruguayen, obligeant Mangini à s’implanter jusqu’à Montevideo. Ce qui, bien sûr, attise l’intérêt des conglomérats US, à la recherche de nouveaux marchés dans les pays émergents. Une fois n’est pas coutume, le géant Pepsi Co. remportera la mise au nez et à la barbe de son grand rival le Diable Rouge. La quantité de quinine contenues dans la boisson gazeuse devenant trop dangereuse pour les consommateurs, la société se lance dans des sodas aux fruits, notamment à l’orange, au citron et au pamplemousse. A la même période, le créateur Romulo Mangini meurt et Pepsi devient actionnaire majoritaire de la société Tonic Water Company Paso de los Toros. Ainsi commence le deuxième acte de l’histoire de Paso de los Toros, rentré dans le rang du capitalisme comme tout bon soda qui se respecte, après une escapade dans l’utopie mercantile. Paso de los Toros finit par traverser le fleuve Uruguay et s’implanter chez le frère ennemi argentin. La Celeste, l’équipe nationale de football de l’Uruguay ne retrouvera jamais son niveau d’antan. C’est un certaine idée du romantisme sud-américain qui s’évente.

Fernando Cavenaghi, joueur des Girondins de Bordeaux surnommé "El Torito" est... Argentin. Chienne de vie.

Au sens propre comme au figuré puisque désormais, la société Tonic Water Company Paso de los Toros met un point d’orgue à faire une croix sur le fleur bleue et le cucul. Un Paso de los Toros sabor pomelo à la main, de préférence. Pour sa dernière grande campagne publicitaire, réalisée par l’agence BBDO Argentine, les buveurs de ce soda au pamplemousse prennent un malin plaisir à briser les délires gnan-gnan de couples sirupeux et détestables. Raison invoquée ? « La douceur n’étanche pas la soif », d’après le slogan. Bien ouej, pour une boisson dite « amère ». De surcroît, pour créer le buzz, la société BBDO invente le site Mandaleunmensajeatuex.com (littéralement Envoieunmessageàtonex.com) où des amants éplorés peuvent déverser leur trop-plein de fiel sur leurs anciens partenaires sentimentaux, aux yeux et à la vue de tous. Pis, un an plus tard, l’agence de pub a publié un « recueil » des meilleurs messages – 6000 reçus, au total – distribué dans toutes les bonnes librairies. Et pour ceux ou celles qui auraient manqué un épisode, BBDO a disposé à divers endroits stratégiques des grandes villes argentines de magnifiques poupées vaudou piquées, sur lesquelles étaient laissées à disposition le livre d’or de l’aigreur, sobrement intitulé « la vengeance immortelle ». Début de la campagne : début février 2009, une semaine avant la Saint-Valentin. Ça, c’est du marketing !

Mais objectivement, que reste-t-il de ce valeureux soda, héritage des hommes-taureaux de la lande uruguayenne ? Je n’irai pas jusqu’à vous survendre le produit en vous déclamant que cette boisson gazeuse possède toute la force de caractère de ses aïeux et blablabla, on n’est pas dans une publicité pour le whisky… Une chose est sûre, c’est sans nul doute le meilleur soda au pamplemousse qui existe. Certes, il n’y a pas pléthore sur le marché mais à un Schweppes agrumes, je préfère encore le Paso de los Toros saveur pomelo. Pas outrancier pour un sou, le soda est très fin, acidulé ce qu’il faut tout en gardant la subtile amertume du pamplemousse. Le breuvage pétille juste, ne s’aplatit pas vite, laisse un agréable retour en bouche et, comble de l’esthète, se boit OBLIGATOIREMENT dans un verre. C’est mentionné sur le côté de la canette. Sinon, turista. Qui plus est, le packaging est plutôt sexy : old school mais pas trop, on boit ce que l’on voit. Et inversement. Dernière anecdote pour les petits rigolos adeptes de facéties estampillées Jamy & Fred ou Nature & Découvertes : les agents de quinine contenus dans la boisson font que le Paso de los Toros brille dans la nuit. Comme le Luminou, oui.

Informations techniques : je ne peux vous dire si l’on trouve en France du Paso de los Toros, la canette que l’on m’a rapporté vient d’Argentine… Sorry guys !

Matthieu Rostac

Crédits photo : Aurore Colibert et Sport 24

(*) Propos issus de l’ouvrage Historia de Paso de los Toros de Pedro Armua

Vimto : nul n’est prophète en son pays…

Aurore Colibert ©

Une fois n’est pas coutume, je commencerai cet article sur le soda par le test dudit soda. Et il s’agit là du Vimto. Première impression : la canette est plutôt stylisée, assez old school, avec ses tons et rouge et son petit bord cadre, ça lui donne des airs d’enseigne de supermarché. Décapsulons. Une forte odeur de fruits rouges, lorgnant vaguement vers feu le cultissime Cherry Coke, me parvient aux narines. De son côté, un liquide rougeâtre s’extirpe de la canette. Après réflexion, il est violet. Pas commun, pour un soda… Goûtons. Dès la première gorgée, c’est un patchwork, que dis-je une explosion, que dis-je un attentat kamikaze perpétré par une veuve noire dans le métro de Moscou, de fruits rouges dans notre précieuse petite bouche francophile. Même si le breuvage s’avère plutôt sirupeux (donc écœurant vers la fin), le Vimto se boit « vimte » car il s’aplatit rapidement. Soit dit en passant, comme son cousin Danny (Danny De Vimto). OK, j’arrête. L’étiquette infirme la présence de cassis, de framboise, de raisin blanc et d’iris (gné ?). Canette collector, s’il vous plaît, la canette affiche « 100 ans d’excellence ». Faut pas pousser non plus…

Car oui, le Vimto existe depuis plus de cent ans. Fondé en 1908 par John Noël Nichols, pharmacien du Cheshire, le Vimto s’appelait alors le Vim Tonic. Puis, en 1912, ce même Nichols raccourcit le nom de sa boisson gazeuse en Vimto – je vous évite ainsi un jeu de mot pourri supplémentaire de type Gym Tonic, Véronique et Davina, etc. Durant des décennies, la société Nichols PLC continue de s’agrandir et, à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale, parvient à s’implanter timidement au Moyen-Orient par le biais du trust sodaïque saoudien Aujan Industrial Company. Au sortir de la « drôle de guerre », Nichols PLC et sa boisson phare Vimto a conquis le Moyen-Orient, notamment grâce au ramadan durant lequel le Vimto se boit comme du petit lait la nuit tombée. Oui, le Vimto coupe la faim. Avis aux mannequins. Ou aux obèses. Dans tous les cas, comme disait mon papy Adolf, « y en a qui ont pas tout perdu pendant la guerre, hein ». De nos jours, sur le marché des émirs, Nichols PLC possède 90% du marché des boissons gazeuses. Pour le ramadan 2007, 15 millions de bouteilles de Vimto se sont écoulées en un seul petit mois. D’où le droit inaliénable de faire des pubs pourraves.

Héhé, salut, c'est moi le DG marketing de Vimto. Je suis bien caché derrière mes PLV, hein?

Du côté du pays d’origine, tout n’est pas aussi rose (ou violet, au choix). Subissant une concurrence plutôt rude, Vimto doit surtout son salut dans les linéaires rosbifs à sa « personnalité ». Bien que racheté par le géant du soda british A.G. Barr, sa couleur mauve et surtout, ses mascottes lui permettent de surnager. Dans les années 90, Vimto, par le biais du poète Giles Andrae, crée le personnage de Purple Ronnie. Un bonhomme fil de fer simpliste, devenu depuis l’égérie des cartes de vœux outre-Manche, à l’instar de notre Piaf national. Merci Purple Ronnie parce bon, avant c’était pas trop ça niveau pub… Ni ça, d’ailleurs. L’histoire d’amour avec Ronnie durera un peu moins de vingt ans, Nichols PLC décidant de redonner un bon coup de fouet à son image de marque pour ses 100 ans. En 2008, Vimto invente son propre Cluedo édition limitée. Anecdotique. Mais en 2009, le tournant arrive : le gang du SMUF (Seriously Mixed Up Fruit) débarque sur BBC et Channel 4.

Reprenant ingénieusement le concept créatif de Oasis et les fruits parlant de François Perusse, Vimto invente trois persos-fruits qui « s’éclatent » dans des sessions sport extrême. Littéralement. Le raisin parle comme un mancunien (les habitants de Manchester, pour les nuls), le cassis est aussi smart qu’un londonien de la City et la framboise voue un culte à Maria Sharapova. Pas étonnant donc qu’il parle avec un accent russe à couper au couteau (un accent russe, WTF ?). Un concept viral brillamment relayé par le site Vimto.co.uk, on ne peut plus ludique et interactif. Chaque coin de rubrique donne la possibilité malsaine d’éclater nos amis du rayon frais… Hin hin hin. Sans oublier les goodies téléchargeables et les infos importantes sur la société. Et pour ceux qui n’aiment pas le soda, dégagez ! sachez que Vimto a également décliné ses produits dans un souci d’occupation du marché : le Vimto Cordial est la version sirop, le Fizzy Vimto est la version pre-mix du sirop. Sans oublier les bonbons et les sorbets Vimto.

Mais tout cela n’est bon que pour le marché anglais. En France, la seule opportunité de trouver du Vimto est sous forme liquide à l’épicerie Nationale Exotique, 77 rue Dunois – PARIS 13. Et n’oubliez pas qu’avec « Vimto, les courses, c’est mon dada ! » (Omar Sharif. Ouais, j’ai des supers guests sur mon blog, gros budget).

Matthieu Rostac


Crédits photo : Aurore Colibert et Manchester Evening News

Amende salée pour le Docteur Poivre

Du poil sous les Roses... Enfin, surtout des cheveux. Et des leggings.

Printemps 2008. Les Etats-Unis s’impatientent : depuis 1993 et The Spaghetti Incident ?, Guns N’Roses n’a pas sorti d’album digne de ce nom. En 2005, le fameux album Chinese Democracy, mis en route par Axl Rose et ses potes dès 1995, avait reçu de la part du New York Times le titre honorifique d’album le plus coûteux de tous les temps. 15 millions dépensés à l’époque, quand même! Et depuis cette date, les communiqués de presse annonçant la sortie de l’album sont très souvent succédés de démentis… Jusqu’au printemps 2008, donc. C’est alors que Dr. Pepper rentre en scène. L’Histoire ne dit pas si la société pionnière du soda est une fan grandissime de GNR ou si elle flairait le bon coup marketing mais toujours est-il qu’en mars, cette dernière propose à chaque américain une canette de sa fameuse boisson gazeuse à l’amande amère si Guns N’Roses sort son serpent des mers d’album avant la fin de l’année en cours. Excepté pour Slash et Buckethead, anciens guitaristes du groupe. LOL. Pour l’intégralité du communiqué de presse lèche-cul, c’est ici.

Dès lors, Axl Rose dément avoir passé un accord avec le géant sodaïque pour une quelconque affaire de buzz mais se dit néanmoins « très surpris et heureux d’avoir le soutien de Dr. Pepper ». Sans oublier d’ajouter qu’il ne connaît toujours pas la date de sortie de l’album Chinese Democracy. L’été passe, l’affaire se tasse. GNR retourne dans son onéreux studio et le Docteur Poivre à ses linéaires géant du Wall Mart. Jusqu’en ce jour de 22 octobre 2008. Tremble, Dr. Pepper : la prophétie GNRienne est en passe de se réaliser puisque le groupe de hard FM sort son nouveau single Chinese Democracy. Dans un mois suivra l’album éponyme… Le Docteur Poivre a intérêt à maîtriser la gestion des stocks en flux tendu. Plus de 300 millions de canettes à distribuer dans tous le pays, ça fait une p’tite somme ! A ce titre, la compagnie Dr. Pepper mettra en place sur son site Internet un système de « coupon » à retirer pour obtenir son Graal heavy-gazeux chez le rabzouz du coin. Résultat : le 23 novembre 2008, jour de la sortie de l’album tant attendu, le site est pris d’assaut et subit un blackout de deux jours.

Gene Simmons de Kiss, ça ne le dérange pas de se taper la honte avec du Dr. Pepper, lui!

Ouch, GNR a rempli sa part de contrat, pas Dr. Pepper. Pour rattraper le coup (marketing), la compagnie texane rallonge le sursis de 24h à 42 heures pour retirer son coupon et met en place un numéro spécial pour soulager son site. Mais 42 heures, c’est bien trop peu pour satisfaire des millions d’américains obèses toujours au taquet pour une dose de glucose gratos (OK, facile). « Un fiasco complet » d’après le mégalomaniaque Axl Rose qui n’apprécie pas trop qu’on use de son saint nom à des fins commerciales, semblerait-il. Enfin, sans rétribution significative. L’avocat du groupe réclame donc de plates excuses ainsi qu’un « paiement approprié » en contrepartie de l’utilisation non-autorisée des GNR. Dr. Pepper claudique sur une jambe, ne sait plus sur quel pied danser, comme en témoigne Rolling Stone : « nous encouragions ouvertement le groupe à sortir son album avant la fin de l’année. Axl avait même exprimé du soutien concernant nos efforts plus tôt dans l’année ». Oh, touchey… Dr. Pepper Snapple Group persiste et signe en affirmant être « déçu de la drôle d’issue que veulent donner les avocats de Guns N’Roses à une dispute légale », relate le Dallas News.

La goutte d’eau qui fait déborder la canette ? Axl Rose lui-même se désolidarise de ses avocats en assurant être surpris de la tournure qu’a pu prendre l’affaire entre GNR et Dr. Pepper. De plus, le bonhomme, visiblement peu enclin au boulard (my apoology), dit clairement n’en avoir rien à cirer  sur son site Internet via ContactMusic.com. « Qui en a quelque chose à foutre ?! Pour le moment, on a un album dont on doit s’occuper » vitupérait-il. Point barre. L’affaire est close. So heavy, dude, booya…Dr. Pepper n’a plus d’ennuis : il peut continuer sereinement à faire la nique à C***-C*** sur le sol du 5e amendement et passer les fêtes de Noël tranquillou. Quant aux Guns N’Roses, leur album Chinese Democracy fut plutôt bien accueilli par la critique, malgré de faibles ventes. Tout est bien qui finit bien. Peut-être qu’ils auront de beaux enfants ensemble et vivrons heureux ? Ah non, en 2009, les GNR ont été attaqués par un musicien électronique allemand, Ulrich Schnauss, qui leur réclame 1 million de dollars pour plagiat de plusieurs de ses morceaux. Et leur Chinese Democracy a été banni par la République de Chine, la vraie. Y a-t-il une justice dans ce bas monde..? LEAVE-AXL-ALOOONE!!! (Chris Crocker).

Matthieu Rostac

Crédit photo : Sleazeroxx.com et Calyptratus.com

Personne ne fait le poids contre le Sumol ananas

Connaissez-vous la devise populisto-populaire de l’Estado Novo mis en place par le dictateur portugais Salazar? Fatima, foda e futebol. En français : de la religion, des pleurs et des idoles… Mais cette punchline de facho aurait pu être « fatima, fado e Sumol » tant le soda portugais fait office de fierté nationale à l’autre bout de la péninsule ibérique. Malheureusement pour moi – et heureusement pour les portugais – l’apogée du Sumol coïncide plutôt avec la Révolution des Oeillets et toute la liberté qui va avec. Créé en pleine période salazarienne durant l’hiver 1954 par l’industriel éclairé Antonio Joao Eusébio, le Sumol (d’abord au goût d’orange) connaître véritablement son essor à la fin des années 60, grâce à l’avènement de la publicité et du marketing. Sumol sera la première société à s’émarger de la réclame habituelle pour placarder dans les rues de Lisbonne des affiches estampillées « Beba Sumol ! ». La télévision fera le reste avec la publicité « Un chat est un chat. Un chien est un chien. Sumol est différent de tout cela ». A bon entendeur : cette boisson gazeuse est d’un goût que vous n’avez jamais connu. Depuis, « le Sumol fait partie de la vie de chaque portugais », comme l’affirme le site officiel de la boisson gazeuse lusitanienne. D’ailleurs, le nom Sumol vient de sumo, terme portugais qui signifie en français « jus » et de façon plus figurative, « essence ». Le jus des portugais mais l’essence du Portugal….

Par la suite, les agences publicitaires portugaises ne brilleront pas par leur créativité, à défaut de leur efficacité avec des campagnes à grande échelle. Au contraire, Sumol aura l’intelligence d’élargir sa gamme et de proposer différentes saveurs de Sumol en même temps qu’elle acquerra les licences Pepsi et Seven Up. Les arômes fruit de la passion, mangue et fraise feront leur apparition dans les linéaires de sodas portugais, tout acquis à la cause de Sumol. A tel point qu’à l’orée des années 2000 arrive l’idée du siècle des pubards portos avec les « sumolicos », des jeunes hommes et femmes accros au Sumol qui font découvrir le soda à leurs incultes d’amis. Une belle façon de renforcer un communautarisme nécessaire pour toucher la jeune cible. Une communauté qui n’est pas près de disparaître : la fan page Facebook française du Sumol tient dans ses rangs plus de 26 000 personnes. Mais passons. Cette hégémonie, la société lusitanienne le doit également à sa « saveur fétiche » : l’ananas… Avant Sumol, aucun soda ne portait le label « fruits exotiques ». Encore aujourd’hui, aucune boisson gazeuse ananas ne pousse dans la jungle des GMS. Si ce n’est le Sumol. Dans une trentaine de pays du monde entier. « Mais comment des maçons ont-ils pu être aussi fins? » me dis-je. J’adore être raciste… Plus sérieusement, il faut croire qu’envoyer les conquistadores en Amérique du Sud ou coloniser l’Angola, ça donne de la suite dans les idées…

Cristiano Ronaldo : "Yé soui oune porc tout gay é yen soui fierrr!"

Vous me direz donc : si aucun « sodananas » hormis le Sumol est trouvable en France, c’est que ça doit être bon? Eh bien oui! Et Non. Certes, la saveur « pineapple » donne un goût exotique intéressant, sans mauvais jeu de mot, mais le soda en lui-même reste très rapidement écoeurant. La faute à un sucre un peu trop grossier. Caralho, açucar! Pourtant, la marque Sumol jure que ses sodas sont peu chargés en glucose. Qu’est-ce que ça aurait été sinon..? Quoique, à bien y réfléchir. Dans mon souvenir, ma première bouteille de Sumol descendue, mes papilles d’esthète sodaïque avaient alors apprécié. Contrairement à cette second consommée il y a peu. Le manque de sucre aurait-il ôté son charme à la belle boisson de Algès? Le Sumol est comme une femme sexy et plantureuse à qui l’on aurait enlevé ses poignées d’amour… Pas grave, il nous reste toujours le fado pour pleurer.

Informations techniques : De la chance mes amis, de la chance! Le Sumol est assez répandu dans les GMS et son prix ne dépasse jamais les 1,50€ pour 1,5l. Le même tarif qu’un soda « habituel ». Donc honnêtement, essayez. Mon sens n’est malheureusement pas parfait. La preuve : je n’aime pas la morue… Je ne pourrais jamais être portugais. D’autant que niveau pilosité, c’est pas Byzance. Et BLIIIm, un cliché! D’ailleurs, en parlant de cliché, vous saviez que tous les portugais s’appellent Joao?

Matthieu Rostac

Crédit photo : Aurore Colibert et For Ladies by Ladies

La Tunisie a le béguin pour le Boga

Alors que les Aigles de Carthage, l’équipe nationale de football, s’apprêtent à jouer leur premier match de la CAN (Coupe d’Afrique des nations) à 19h30, il est de bon ton de causer de la Tunisie aujourd’hui. Et moi, quand je cause, c’est soda – et pas religion ou pédophilie comme certains le présument, bien que j’adore les prêtres et les enfants, de préférence ensemble dans la même pièce. Donc, qui dit soda et Tunisie dit Boga. Une fierté nationale en quelque sorte, à l’instar de son voisin algérien le Selecto. Pourtant, même si les deux boissons gazeuses sont similaires en plusieurs points, il vaut mieux ne pas établir de comparaison : d’après mon amie Anita Pepita, journaliste/chroniqueuse/pousse-disques bordelaise et tunisienne de surcroît, « le Selecto a toujours fait de l’ombre au Boga, bâtard de Selecto ». C’est vous dire si la rancoeur est tenace. Bref, no more Selecto, que du Boga… Mais lequel?

Non contente de truster la quasi-totalité du marché tunisien de la bière (un partenariat avorté avec Heineken a empêché son expansion), la Société Frigorifique et Brasserie de Tunis peut également se targuer de squatter les linéaires boissons gazeuses et les restos/bars du pays, « du café pouilleux au plus prestigieux des salon de thé », grâce à la distribution de C***-C*** sur tout le territoire mais surtout grâce aux quatre Boga’s dans le vent depuis près de quarante ans : Boga Bidha, qui rappelle le Sprite ou le 7 Up; Boga Light, sa version light; Boga Menthe, sa version menthe et Boga Cidre, sa version cidre… Ah bah non, ça a pas goût de cidre, ça a goût de Selecto! Oups, mes excuses au peuple tunisien. Plus sérieusement, je reviendrais sur sa saveur un peu plus tard dans l’article. Un succès tel qu’il dépasse les simples frontières planétaires puisque même le vil Jabba the Huth, dans La Guerre des Etoiles, en parle à Han Solo à 27 ».

Avec une pizza, rien de mieux qu'un bon Cowa-Boga!

Trève de plaisanteries, la boisson Boga est extrêmement populaire au pays de Ben Ali, vous l’aurez compris. Non pas (seulement) parce qu’elle étouffe le marché mais aussi parce qu’elle use de la publicité avec brio. La dernière en date? Une campagne publicitaire ayant pour axe central la star montante du cinéma tunisien Dhafer el Abidine (aperçu dans le film Sex & the City). Resituons le contexte grâce à Afrique Magazine : « Il est beau, talentueux, intelligent, éloquent, diplômé, il a tout pour lui et il est l’acteur dont tout le monde parle en Tunisie ». Tout comme le Boga, en somme. Et finalement qui de mieux qu’un beau gars pour représenter le Boga? Soit, mais là où O’Gilvy Label et Mindshare Tunisie (agences publicitaires en charge du budget) ont su la jouer fine – ou lourde, c’est au choix – c’est avec leur campagne 360°, comme l’explique si bien le site Blog2Com.com.

Affichage sauvage, fausses petites annonces dans les canards du coin, et buzz autour du spot publicitaire (où une vieille dame interrompt le tournage parce qu’elle ne comprend pas la différence entre réalité et fiction… Ou qu’elle est payée par la prod?) ont assis la pré-campagne avant le placardage massif sur tous les abris-bus tunisiens d’affiches parodiant le What Else? de George Clooney. Cerise sur le loukoum : l’arrivée d’un jeu Facebook « aide Dhafer à récupérer sa canette » afin d’appuyer la connivence entre la marque et ses consommateurs. A tel point que le site BogaCidre.com renvoie désormais sur la page Facebook de l’application… Bon, qu’on se le dise, le jeu est nul car absolument incompréhensible. Si vous voulez essayer, allez-y! Et si vous parvenez à le finir, faites-moi passer pour une buse! Si on passait aux choses sérieuses, celles qui n’intéressent que les esthètes du soda, la partie « test » du Boga? Mais du Boga Cidre, s’il vous plaît.

Concrètement, le Boga (qui tient son nom de BOisson GAzeuse) est au soda ce que le lièvre est à l’athlétisme : un allumeur. Dès les premières effluves, on sent cet arôme si cher aux boissons du Maghreb, subtil mélange d’odeur médicinale et de fruit outrancier. Première gorgée : pas déçu… Ah ben si, en fait. En l’espace de cinq secondes, toutes les saveurs disparaissent en même temps que les bulles. Finalement, le Boga n’est pas un lièvre, c’est un éjaculateur précoce. Gustativement, Wikipedia rapporte qu’on y retrouve « la banane, la racinette et le Kampane ». J’y ressens plus une saveur de pomme… Hey comme dans le cidre! Ou le Selecto! Eh merde, j’avais dit que je le ferais plus…

Informations techniques : Comme d’hab’ pour mes sodas du Maghreb, le 14 Marché, 14 rue Marx Dormoy (Métro Marx Dormoy ou La Chapelle). Même si le Boga est trouvable dans toutes les bonnes épiceries du XVIIIe qui se respectent. 1,60€ le litre et demi, c’est donné… 1,60€ pour un cinq secondes de plaisir, ça fait cher… A vous de voir!

Matthieu Rostac

Crédit photo : Aurore Colibert, Akramus et Replikultes.net

C.C. Lemon : un soda nippon ni mauvais

OK, le jeu de mot était trèèès facile. Mais il se trouve qu’il va comme un gant au fameux soda citronné-japonais tout de jaune vêtu. De très bon goût (le goût dans son sens gustatif, bien sûr, mais j’y reviendrai), le C.C. Lemon est peut-être la seule boisson gazeuse « potable » pour un quelconque européen en villégiature au pays du Soleil Levant. Voire pour les autochtones (dans quelques semaines viendront les sodas melon-nippons… Faudra être bien accroché). Cet arôme de citron dégustable, donc, expliquerait la mainmise établie par la société Suntory, détentrice de C.C. Lemon, dans les linéaires soda? En minorité, peut-être. Mais la compagnie fondée en 1899 à Osaka possède d’autres atouts dans son jeu. Sinon comment expliquer que la société elle-même possède le marché des boissons alcoolisées (fusion imminente avec le géant de la bière Kirin), une salle de spectacle à son nom et sa propre équipe de rugby, championne en 2008 et dans laquelle joue George Gregan? Passons… Si le C.C. Lemon occupe la troisième place du marché japonais des boissons gazeuses, juste derrière les deux trusts C***-C*** et Pepsi – ce dernier étant distribué sur le territoire par la Suntory, tout comme Orangina, c’est également grâce à un partenariat marketing sans précédent. Eh oui, le Soleil se lève à l’Est, mes amis, et l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Et en matière d’innovation, on ne vante plus les mérites du savoir-faire japonais.

En 1994, Suntory possède la quasi-totalité du marché de l’alcool japonais. Autant dire que ça doit s’ennuyer ferme dans les locaux de la maison-mère. C’est alors que la matière grise de la compagnie dessine un nouveau challenge : conquérir l’univers… Des boissons gazeuses. Ce sera le citron et, of course, sa couleur or qui porteront haut l’étendard de Suntory dans les rayons soda. Qui d’autre est plus jaune que le C.C Lemon et écrase tout sur son passage au beau milieu des 90’s? Les Simpsons. Une visibilité à grand échelle et immédiate à la clé, Suntory signe un accord avec les ayant droits des personnages fétiches de Matt Groening. Pendant près de dix ans, les Simpsons refléteront l’image d’un soda au citron cool et familial, quoiqu’un peu barré. Et surtout, n’oubliez pas votre tripotée de produits dérivés comme on sait si bien les faire du côté de Tokyo. Une méthode éculée de la part du géant japonais de la boisson, qui a toujours porté ses fruits. Conscient du capital sympathie que possède les Occidentaux auprès des japonais, Suntory utilise des figures populaires et médiatiques pour vanter les mérites de ses breuvages dès la fin des années 70. A l’époque, le duo populaire The Carpenters partagent l’encart en deux avec le grand Sammy Davis Jr. Et si le film Lost In Translation vous semble étonnamment réaliste, c’est parce que la réalisatrice Sofia Coppola s’est inspiré de son père pour l’intrigue de sa péloche. Venu produire le Kagemusha de l’immense Akira Kurosawa, le barbu du Parrain s’est retrouvé « coincé » lui aussi dans les tubes cathodiques nippons.

C.C. Lemon? Si si la famille!

Un syndrome en phase de se reproduire. Pour faire souffler la famille la plus populaire de Springfield, Suntory a créé le personnage de Mister C.C. Lemon ces dernières années : interprété par l’obscur acteur américain mais japano-populaire Guy Totaro, Mister C.C. Lemon surgit tel un génie hors de sa lampe et aide gentiment les buveurs de C.C. Lemon (prononcé « Chi-chi Lemong », l’accent anglo-japonais faisant le reste). Mieux, coiffé d’une bouclette au pento frontale à faire pâlir Superman et n’importe quel corse en goguette, Mister C.C. Lemon fait le bellâtre dans son habit intégral jaune poussin. Et s’il vous plaît, toujours accompagné d’une ritournelle gnangnan, qui habille les spots de C.C. Lemon depuis sa création. « Takyu! ». Trêve de palabres et rentrons dans le vif du sujet, amis esthètes et sodactivistes! Ah bah… A vrai dire, ça va être vite fait… Un goût de citron très prononcé, c’est logique, sans toutefois l’agressivité du sucre qu’on retrouve parfois dans le Fanta ou le Mirinda citron. Acide juste ce qu’il faut, cette boisson gazeuse ne provoque pas d’ulcère comme un Pulco pur. Cerise sur le gâteau, une sensation de fraîcheur vivifiante qu’on ressent rarement avec les autres boissons gazeuses. L’équivalent en vitamine C de 70 citrons dans une bouteille de 50cl d’après l’étiquette, c’est dire (même si certains détracteurs assurent qu’il s’agit d’une publicité mensongère)!

Après cette chronique, il n’empêche que je ne sais toujours pas pourquoi le nom du soda commence par C.C. Je suis sûrement le seul à me poser cette question en France, tant le soda ne jouit pas d’une incommensurable aura en Occident (difficile à trouver). Mais bon, tout le monde sait qu’hormis l’industrie, le comportement insulaire nippon penche plus du côté de l’import que de l’export… Bref, C.C. ne veut sûrement pas dire « centimètre cube ». Peut-être le C.C. Lemon s’inspire t-il des deux initiales du Diable fait soda. Ou encore, sa teneur supposée en vitamine C étant ce qu’elle est, cette boisson gazeuse peut se targuer de non pas un mais deux C… J’attends vos idées, aidez-moi!!! Nous touchons à la fin de notre article et, l’ayant entamé de la plus belle manière avec un calembour niveau Carambar (un carembour?), je m’en vais le terminer itou : que font deux chiens qui se croisent à Tokyo? Ils se jappent au nez. Ne me tapez pas, j’ai des lunettes!

Informations pratiques : Etant donné qu’il est très difficile de le trouver, le C.C. Lemon n’est pas donné. 2,90€ les 50cl chez Kioko, 46 rue des Petits-Champs PARIS 2 (Métro Pyramides). Mais j’en suis sûr, les plus japanisants d’entre nous sont prêts à tous les sacrifices pour ressembler à une écolière à jupe plissée. Trop kawaii^^.

Matthieu Rostac

Crédit photo : Aurore Colibert

PS : Vous avez vu? Pas une seule allusion raciste alors que le soda est asiatique et de couleur jaune. Ah ben si, maintenant c’est fait. Merde…

Irn-Bru : if it’s not scottish, it’s crrrap!(*)

Un slogan osé et expéditif qui résume l’essence-même de la boisson nationale écossaise, le whisky l’Irn-Bru (prononcé Aïrenbru), voire par extrapolation, la nation écossaise lui-même (**).

Primo, l’écossais est fier. Comme n’importe quel britannique, vous me direz, mais les sentiments d’indépendance et de liberté sont bien plus puissants et flagrants une fois passé le Mur d’Hadrien. A tel point qu’en chaque écossais sommeille un William Wallace (le vrai, pas celui de Mel Gibson dans Braveheart). D’ailleurs, pour exemple, allez dire à un écossais qu’il est anglais… T’auras droit à une pèche bouillante! Bref, no more digressions. Donc l’écossais est fier. Très fier même. De sa culture, surtout. De sa gastronomie, parfois, et c’est bien ça le problème. Donc ce qui est d’origine écossaise est bon pour l’écossais (cf théorie fumeuse (***)). Plus que tout autre chose. Oubliez le Haggis et le Bruichladdich, pensez Fish’n’chips et Irn-Bru. Le taux en cholestérol du poisson frit local étant ce qu’il est, l’un ne va pas sans l’autre. Car l’Irn-Bru, ça nettoie la panse. Et pas que celle de brebis… D’ailleurs, le Irn-Bru est vivement conseillé, et ce de manière très sérieuse par les pharmaciens, pour les lendemains de cuite. Autant vous dire, donc, que la boisson orange fondée par Andrew Grieg Barr dans la petite ville de Falkirk en 1901 part comme des petits pains dans les divers points de restauration et GMS scots. Une institution nationale, en somme, qui s’est offert le luxe durant près d’un siècle de bouter les assaillants ricains du soda C*** et Pepsi du haut du marché. « Malheureusement », depuis 2003, la société A.G Barr et son produit phare Irn-Bru vendent autant que les deux autres. Autrement dit, l’historique combativité écossaise n’est pas près de prendre fin. Sur le terrain de Murrayfield comme dans les linéaires « boissons gazeuses » Tesco ou Somerfield.

Arrêtons les clichés! Les écossais ne sont pas roux! Moches, oui, mais pas roux.

Deuzio, l’écossais est costaud. La preuve : les Highlands Games. Ses lancers de lourdes pierres et de troncs d’arbres par des barbus râblés en kilt, chaque été. Focking graïte, man! Pendant les décénnies 70 et 80, la signature de Irn-Bru a été « Made in Scotland, from girders », fabriqué en Ecosse, à partir de poutrelles. Mieux, la première fois que le slogan fut utilisé, il s’est vu illustré par le pont de Forth Bridge. Un symbole. Tout d’abord, du fait que la boisson contienne une infime quantité – 0,002% – de citrate ferrique d’ammonium (ôtée de la recette en 1999, car dangereux, sont fous ces écossais). Ensuite et toujours, pour la fierté : l’Irn-Bru est une boisson qui rend fort et donc combatif (trop puissant l’Irn-Bru). Apposez à ça un bâtiment qui représente toute la « force » nationale et vous avez un concentré d’identité nationale! D’ailleurs, Irn-Bru se nommait anciennement « Iron Brew », décoction de fer in scottish. Et ça, ça poutre!

Tertio, l’écossais est drôle. Voire très drôle. Et so shocking, avec ça. Rappelez-vous que tout écossais qui se respecte ne porte rien sous son kilt. A l’instar de son cousin irlandais Ryan Air, Irn-Bru joue intelligemment avec les nerfs et les zygomatiques d’Ecosse et tient sur la longueur par rapport aux machines de guerre sodaïques américaines. Irn-Bru rend heureux les gothiques qui se morfondent dans leurs chambres d’ados. Lorsque l’équipe d’Ecosse ne se qualifie pas pour le Mondial de football en 2006, elle décide de l’emmener quand même. Si elle ne transforme pas les papys sympas en gros dégueus prêts à tout pour a sip de boisson orange. Et lorsqu’Irn-Bru lance sa boisson énergisante 32, c’est à un gros coucou à l’accent écossais des tréfonds de Glasgow qu’elle confie l’image. Voilà pour la partie sympatoche. Car Irn-Bru sait également taper là où ça fait mal. Elle rend les bonhommes de neige tueurs d’enfants quand ces derniers ne veulent pas partager leur canette. Ou transforme les mères de famille parfaites en shemale potentiel et les bébés en oisif consommateur de boisson gazeuse orange. Foudres des associations de parents, de transsexuels, de religieux, obviously. Résultat : les ventes claquent!

Hey c’mon buddy! Viens danser la gigue!

Mais concrètement, l’Irn-Bru, c’est quoi? Si ce n’est un breuvage orange mécanique? Trente-deux ingrédients divers et variés dans sa composition (d’où le 32 de la boisson énergisante) qui font de l’Irn-Bru un breuvage… Hétéroclite. Si tant est qu’on ose y goûter après la fracture nasale due à l’odeur poussive du décapsulage. Tour à tour, les arômes de chewing-gum, banane, pêche, citron, arlequin vous punchent la tronche et vous font moucher orange. Personnellement, j’adore. Peut-être parce que c’est écossais, à vrai dire. Toujours est-il que la canette se finit sans mal et qu’il est assez marrant de boire l’Ecosse en dix minutes, vitesse grand V.

Sur le plan commercial, Irn-Bru, c’est une réussite indéniable. Leader dans son pays et concurrent opiniâtre sur le marché britannique, la société A.G Barr a également placé ses billes dans les pays anglophones (Australie, Canada, Nouvelle-Zélande), en Europe et au Moyen-Orient. Les frondeurs du soda s’offrent même le luxe de s’implanter chez le cousin/rival américain depuis 2002, faisant sentir au passage les épines de leur chardon ardent. On avait pas vu pareil succès planétaire de l’Ecosse depuis Ewan McGregor!

Il n’empêche que, malgré cette expansion phénoménale, A.G Barr et Irn-Bru ont gardé ce savoir-faire artisanal qui donne tant de charme aux boissons gazeuses old school. Le directeur de la société, Robin Barr, est le seul à connaître la recette de l’Irn-Bru. Une fois par mois, il effectue lui-même les mélanges pour la commercialisation. A 71 ans, il s’apprête à laisser la place à sa secrétaire de fille qui à son tour deviendra l’unique détentrice du succès de ce scot-da. Qui, espérons, nous laissera longtemps nous exclamer encore « je ne pensais pas prendre autant de plaisir avec seulement 11 centimètres! ».

Informations techniques : Veuillez observer quand même que j’me fous pas d’votre gueule. La canette d’Irn-Bru shooté est une des 5 millions éditées par A.G Barr pour fêter les 108 ans de la boisson orange, modèle datant de 1947. Je l’ai acquise par hasard dans un magasin de whisky de la petite ville de Pitlochry, Robertson’s. Sinon, si vous voulez vraiment goûter cette merveille, faites un petit tour à l’Epicerie Anglaise, 5 cité du Wauxhall PARIS 10 (métro République). 1,50€ la canette de 33cl, c’est une aubaine. Par contre, 5,95€ pour 2l, c’est un peu plus ardu…

D’autres publicités Irn-Bru :

Affiche 1

Affiche 2

Affiche 3

Vidéo 1

Vidéo 2

Matthieu Rostac

Crédit photo : Plein de liens obscurs, IGS.net et Aurore Colibert. D’ailleurs, je vous invite à profiter du site de la demoiselle, où de jolies photos se trouvent à l’intérieur, entre autres.

(*) Si ça n’est pas écossais, c’est de la meeerde!

(**) Durant longtemps, la boisson orange s’est longtemps vu affublé du surnom « d’autre boisson nationale écossaise ».

(***) Le XV du Chardon, équipe de rugby d’Ecosse, porte haut les couleurs marine et blanc du drapeau écossais lorsqu’elle joue à domicile. Mais à l’extérieur, elle se déplace en orange. Or, il n’y a jamais eu de orange dans l’histoire écossaise. La couleur si caractéristique du Irn-Bru serait-elle à l’origine de ce choix? Tatiiin…