Archives mensuelles : avril 2010

Vimto : nul n’est prophète en son pays…

Aurore Colibert ©

Une fois n’est pas coutume, je commencerai cet article sur le soda par le test dudit soda. Et il s’agit là du Vimto. Première impression : la canette est plutôt stylisée, assez old school, avec ses tons et rouge et son petit bord cadre, ça lui donne des airs d’enseigne de supermarché. Décapsulons. Une forte odeur de fruits rouges, lorgnant vaguement vers feu le cultissime Cherry Coke, me parvient aux narines. De son côté, un liquide rougeâtre s’extirpe de la canette. Après réflexion, il est violet. Pas commun, pour un soda… Goûtons. Dès la première gorgée, c’est un patchwork, que dis-je une explosion, que dis-je un attentat kamikaze perpétré par une veuve noire dans le métro de Moscou, de fruits rouges dans notre précieuse petite bouche francophile. Même si le breuvage s’avère plutôt sirupeux (donc écœurant vers la fin), le Vimto se boit « vimte » car il s’aplatit rapidement. Soit dit en passant, comme son cousin Danny (Danny De Vimto). OK, j’arrête. L’étiquette infirme la présence de cassis, de framboise, de raisin blanc et d’iris (gné ?). Canette collector, s’il vous plaît, la canette affiche « 100 ans d’excellence ». Faut pas pousser non plus…

Car oui, le Vimto existe depuis plus de cent ans. Fondé en 1908 par John Noël Nichols, pharmacien du Cheshire, le Vimto s’appelait alors le Vim Tonic. Puis, en 1912, ce même Nichols raccourcit le nom de sa boisson gazeuse en Vimto – je vous évite ainsi un jeu de mot pourri supplémentaire de type Gym Tonic, Véronique et Davina, etc. Durant des décennies, la société Nichols PLC continue de s’agrandir et, à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale, parvient à s’implanter timidement au Moyen-Orient par le biais du trust sodaïque saoudien Aujan Industrial Company. Au sortir de la « drôle de guerre », Nichols PLC et sa boisson phare Vimto a conquis le Moyen-Orient, notamment grâce au ramadan durant lequel le Vimto se boit comme du petit lait la nuit tombée. Oui, le Vimto coupe la faim. Avis aux mannequins. Ou aux obèses. Dans tous les cas, comme disait mon papy Adolf, « y en a qui ont pas tout perdu pendant la guerre, hein ». De nos jours, sur le marché des émirs, Nichols PLC possède 90% du marché des boissons gazeuses. Pour le ramadan 2007, 15 millions de bouteilles de Vimto se sont écoulées en un seul petit mois. D’où le droit inaliénable de faire des pubs pourraves.

Héhé, salut, c'est moi le DG marketing de Vimto. Je suis bien caché derrière mes PLV, hein?

Du côté du pays d’origine, tout n’est pas aussi rose (ou violet, au choix). Subissant une concurrence plutôt rude, Vimto doit surtout son salut dans les linéaires rosbifs à sa « personnalité ». Bien que racheté par le géant du soda british A.G. Barr, sa couleur mauve et surtout, ses mascottes lui permettent de surnager. Dans les années 90, Vimto, par le biais du poète Giles Andrae, crée le personnage de Purple Ronnie. Un bonhomme fil de fer simpliste, devenu depuis l’égérie des cartes de vœux outre-Manche, à l’instar de notre Piaf national. Merci Purple Ronnie parce bon, avant c’était pas trop ça niveau pub… Ni ça, d’ailleurs. L’histoire d’amour avec Ronnie durera un peu moins de vingt ans, Nichols PLC décidant de redonner un bon coup de fouet à son image de marque pour ses 100 ans. En 2008, Vimto invente son propre Cluedo édition limitée. Anecdotique. Mais en 2009, le tournant arrive : le gang du SMUF (Seriously Mixed Up Fruit) débarque sur BBC et Channel 4.

Reprenant ingénieusement le concept créatif de Oasis et les fruits parlant de François Perusse, Vimto invente trois persos-fruits qui « s’éclatent » dans des sessions sport extrême. Littéralement. Le raisin parle comme un mancunien (les habitants de Manchester, pour les nuls), le cassis est aussi smart qu’un londonien de la City et la framboise voue un culte à Maria Sharapova. Pas étonnant donc qu’il parle avec un accent russe à couper au couteau (un accent russe, WTF ?). Un concept viral brillamment relayé par le site Vimto.co.uk, on ne peut plus ludique et interactif. Chaque coin de rubrique donne la possibilité malsaine d’éclater nos amis du rayon frais… Hin hin hin. Sans oublier les goodies téléchargeables et les infos importantes sur la société. Et pour ceux qui n’aiment pas le soda, dégagez ! sachez que Vimto a également décliné ses produits dans un souci d’occupation du marché : le Vimto Cordial est la version sirop, le Fizzy Vimto est la version pre-mix du sirop. Sans oublier les bonbons et les sorbets Vimto.

Mais tout cela n’est bon que pour le marché anglais. En France, la seule opportunité de trouver du Vimto est sous forme liquide à l’épicerie Nationale Exotique, 77 rue Dunois – PARIS 13. Et n’oubliez pas qu’avec « Vimto, les courses, c’est mon dada ! » (Omar Sharif. Ouais, j’ai des supers guests sur mon blog, gros budget).

Matthieu Rostac


Crédits photo : Aurore Colibert et Manchester Evening News

Nouveau look pour une nouvelle vie avec C***-C***

"Réorientaliser des chinoises qui veulent s'occidentaliser : c'est pas de la merde, ça, comme idée, hein ?"

Cristina Cordula, la relookeuse de M6 se fait déjà les ongles. En french manucure de préférence, parce que « c’est mâgnifiiique, mâ chériiie ». Coutumière du fait, la multinationale responsable du Diable fait soda redonne un coup de fouet à sa petite bouteille rouge et blanche ce printemps. En n’oubliant pas d’ouvrir vers l’extérieur ces collaborations, histoire de faire le buzz. Rappelons que l’année dernière, la styliste Nathalie Rykiel (« soeur de ») s’en était déjà donné à cœur joie pour peinturlurer de rayures la boisson gazeuse la plus célèbre du monde. Version light, bien sûr : on reste dans l’univers de la mode…

Cette année, ce sont les « artistes » qui s’y collent. Le mois dernier, le chanteur Mika a présenté officiellement SA bouteille de C***, soigneusement « designée » par ses soins. Pour synthétiser, le monde des Bisounours de ses clips se retrouvent flanqué sur une bouteille de métal. Ou comment tourner en rond avec son style – assez agaçant, vous en conviendrez – depuis belle lurette. Car Mika, c’est un peu comme un Malabar. Au début, c’est marrant : plein de couleurs, vert, jaune, rose, fun et rigolo. Au final, c’est écœurant et on n’a mal à la mâchoire. Mais cela semble lui réussir (en 2009, le chanteur en est à 19 millions d’albums vendus dans le monde). De même que C***-C*** qui signe ici un joli coup marketing. Pour écouteur l’américano-libanais se passer la pommade sur sa Happiness Bottle, c’est sur LePost.fr.

Mais ce n’est pas fini pour le Diable rouge ! Hier est parue sur le site Premiere.fr la grande nouvelle : Karle Lagerfeld a, lui aussi, relooké la bouteille de soda à la recette secrète il y a peu. Le directeur artistique de la maison Chanel a dessiné une bouteille à son image : sobre et mégalomane. C’est moins drôle que le gilet jaune mais tout aussi efficace. La preuve en est : une large campagne d’affichage nationale présentera la canette dès le 24 avril. De son côté, le très chic et (trop?) hype magasin parisien Colette se chargera de vendre des coffrets collectors « Cokarl Lagerfeld » pour la modique somme de 47€. Ou 57€, on est pas encore sûr. D’ici deux semaines, sa valeur aura peut-être grimpé de dix euros dans les sondages… Une chose est sûre : Lagerfeld a expressement demandé à retaper la bouteille light de C***- C***. La mode, toujours la mode… Le soda 100% sucre, mauvais souvenir pour Karlito.

Light toujours, Valérie Damidot. Néo-actrice et autre experte ès-relooking épileptique de la petite chaîne qui monte depuis bien trop longtemps avec Cristinaaa, l’animatrice de D&CO se serait félicitée d’une telle initiative, vidant au passage une douzaine de packs durant son marouflage et ses débouchages d’angles. Rho, c’est méchant, tout ça parce qu’elle est grosse et qu’elle est kikoulol-énervante ! Mouhahahahaha, m’en fous, c’est mon blog : je fais ce que je veux. Tiens, d’ailleurs, je vais me prostituer et perdre mon intégrité pour optimiser mon référencement : Coca-Cola.

Matthieu Rostac

Crédits photo : Paris Match et  Trends-Luxury.com