Du soda dans mon portable… Foutu ? Non, ingénieux.

Cela fait presque un mois que je n’ai pas écrit sur ce blog, veuillez m’excuser mais quelques occupations me retenaient ailleurs. Néanmoins, honte à moi. Et comme une honte ne vient jamais seule, je m’en viens parapher Nicolas Hulot et son documentaire nanardo-naïf Le Syndrome du Titanic pour entamer cet article : « le modèle économique en place n’est plus la solution mais bien le problème ». Soit. En conséquence, de nombreuses industries s’évertuent à trouver un compromis rentable entre économie et écologie et ne se gênent pas pour le faire savoir, à grands coups de campagnes publicitaires. En témoigne la dernière campagne démagogique de l’EDF (tiens, prends ça Henri Proglio, BIM !). D’autres, moins tape-à-l’oeil, préfèrent se concentrer sur le véritable nerf de la guerre : l’innovation. Même si, il est vrai, la course au développement durable s’apparente parfois à une course à l’échalote, avec une tripotée de prototypes aussi farfelus les uns que les autres. C’est le cas de Nokia qui a confié à une jeune designer chinoise, Daizi Zheng, le soin de créer un téléphone portable eco-friendly.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le prototype est aussi étonnant que pétillant. A défaut de posséder une batterie électrique, le cellulaire utilise comme combustible… Du soda. Le dos de l’objet fait office de réservoir à bulles et le reste ressemble à un gadget tout droit sorti du film Total Recall. Une seul recharge suffit à alimenter le téléphone quatre fois plus longtemps qu’une batterie au lithium standard. Awesome, dude. Mais comment cela est-ce possible, me direz-vous ? Pour les plus anglophiles d’entre vous, rendez-vous sur ce lien qui explique tout. Pour les plus feignants, je synthétise : le téléphone produit de l’énergie grâce au sucre hydrocarbonique de la boisson et ce, à l’aide d’une « catalyse enzymatique ». Une fois le GSM (belgian style) déchargé, le liquide n’est plus que de l’eau. L’expérience ne dit pas si elle est potable. Pour le moment, le stade du prototype est « avancé » mais n’est pas sûr de voir le jour sur le marché de la téléphonie mobile. Néanmoins, il faudra dans les années à venir s’habituer au mot « bio-batterie », tant l’idée semble séduire.

Fatche! Je viens d'exploser mon forfait... Mes parents vont me hagate!

Reste à savoir si les consommateurs seraient prêts à débourser encore quelques billets en suppléments de leur téléphone et leur onéreux abonnement. Dans l’histoire, mine de rien, c’est surtout le soda qui ressort grand vainqueur. Au-delà du fait que C***-C*** a financé le projet en collaboration avec Nokia, permettant ainsi au Diable rouge de se placer sur la question de l’environnement, c’est tout le secteur qui s’offre une nouvelle virginité. Alors que les politiques américains et les britanniques veulent la peau des boissons gazeuses avec une taxation abusive (j’y consacrerais un article la semaine prochaine, keep in touch), le marché a trouvé là un moyen – certes jeune et encore hypothétique – de prouver à l’opinion publique que le sucre contenu dans ses canettes n’est pas que méfaits sanitaires et calories excessives. Voire de compter sur lui dans les années futures. Pour autant, la branche du soda est-elle prête à se repositionner sur le marché des énergies renouvelables? Quitter les linéaires des GMS pour se déplacer dix mètres plus loin, à la pompe de la station-service ? J’y songerais lorsque des enfants se rinceront le gosier de pétrole raffiné, le sourire jusqu’aux oreilles…

Pour ceux qui seraient vraiment curieux, allez jeter un coup d’oeil aux autres projets de Daizi Zheng. C’est une alternative au conditionnement de produit assez inventive.

Matthieu Rostac

Crédit photo : Daizi Zheng et un Skyblog, bien sûr

Publicités

7 réponses à “Du soda dans mon portable… Foutu ? Non, ingénieux.

  1. C’est sur que coca doit se racheter une bonne conduite après la sortie du film « l’affaire Coca Cola »…

  2.  » Le téléphone agit comme catalyseur des enzymes contenus dans le sucre hydrocarbonique de la boisson  » !?

    Ah ouais ? T’es sûr ? Tu serais pret à le jurer sur le Coran de la Mecque ?

    Comme je suis Amour et Misericorde, je t’accorde une chance de réparer ton crime (ouais, le révisionisme scientifique est un crime, tout à fait)
    http://ecologie.caradisiac.com/Sony-comment-ses-bio-piles-transforment-le-sucre-en-electricite-681

    (C’est un peu vieux, ça date de 2007, année terrible qui aura vu s’éteindre Gregory Lemarchal)

  3. Non, je n’en suis pas sûr. Je n’y connais absolument rien en « science » et je croyais avoir bien traduit ma source anglaise. Fichtre! Ce serait donc l’inverse? Un catalyseur enzymique? Au temps pour moi… Romain.

  4. Jesus Marie Joseph !! Je suis fait comme un rat!
    Pourtant, j’avais rédigé mon commentaire avec l’accent togolais, comment Diable as-tu pu me débusquer ?
    Mais je t’en supplie, rectifie ta traduction, mon petit coeur de chimiste saigne à chaque approximation scientifique.

  5. OK OK, je modifie ça sur le champ. Et n’oublie pas que de nos jours, les adresses mails permettent de connaître bien des choses sur les commentateurs inconnus des blogs…

  6. Qu’entends tu par « bien des choses » ? Dans le doute, j’ai changé mon code de carte bleue car je connais ton penchant pour l’argent, surtout celui des autres…

  7. NON! Salaud! Comment vais-je faire pour arrondir les fins de mois maintenant que je ne peux plus te hacker?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s