Selecto : le Coca du pauvre n’en est pas un!

Avant de lancer Jaimelesoda.com, je me suis longtemps creusé la tête (si si, je vous assure!) afin de déterminer quel soda inaugurerait le mieux ce blog en fanfare. Il fallait un soda original, décalé, étranger mais qui puisse parler à (à peu près) tout le monde. C’est alors que le Selecto est venu jusqu’à moi (c’est une image, bien sûr)… Bon sang, mais c’est bien sûr! Le Selecto!!!

Même si la nébuleuse sodaïque te paraît complètement abstraite, tu as déjà été touché(e) par cette obscure boisson gazeuse qu’est le Selecto, toi, jeune et curieux internaute. Oui, car n’importe quelle personne normalement constituée, née dans les années 80(*) a déjà eu un contact, de près ou de loin, avec le roi des sodas algériens. Peut-être ne t’en rappelles-tu pas… C’était en 1999. La France est jeune championne du monde de foot, Paco Rabanne veut faire péter la planète avec l’aide des Soviets et le 113 sort son premier album, Les Princes de la Ville. Au sein duquel figure l’inénarrable tube générationnel Tonton du Bled. Léléla!

Souvenez-vous cette superbe punchline qui ouvre le pont musical du tube made in Vitry-sur-Seine(**) : « J’suis à la plage à Boulémat avec mon zinc et mon derbouka/Dans la main un verre de Selecto imitation Coca/Une couche de Zit-Zitoun sur le corps et sur les bras /Avec mon pote sur un fond de Zahouania ».

Mais il y était vraiment à Boulemat avec son zinc'?!

Eh oui, sans le vouloir, le 113 a tendu l’oreille de deux nombreuses personnes vers cette mystérieuse « chose » qu’est le Selecto imitation Coca. Alors, remettons les pendules à l’heure. Exactement, le Selecto n’est pas un ersatz de la diabolique boisson rouge comme on en trouve une foultitude dans les GMS. Le Selecto est une boisson gazeuse pionnière : elle voit le jour au début du XXe siècle, peu après les grands sodas américains, des mains talentueuses du « sourcier » algérien Youssef Hamoud, limonadier de son état. Un temps nommée Victoria, la boisson deviendra définitivement le Selecto, pour mieux illustrer la sélection minutieuse des ingrédients utilisés pour la concoction du breuvage. Ca, c’était pour la petite histoire. Maintenant, on va taper dans le bois dur, esthètes du soda.

Clairement, le Selecto n’a rien à voir avec le Diable fait soda C***-C***, la seule similitude résidant dans le secret de la recette et un vague rouge comme couleur d’appui. Non, le Selecto, c’est un habile mélange d’essence de pomme et un dosage glucidique de diabétique qui lui donnent une saveur surannée de joli bonbon. Un Arlequin de Lutti de 1,5l, pour synthétiser. Avec un petit plus indescriptible qui vous reste dans la bouche plusieurs minutes, une pâteuse agréable qui en fait selon moi la Rolls Royce des sodas du Maghreb. Le Selecto est donc un soda assez facile à terminer, si tant est que l’on est pas écoeuré par les effluves de saccharose. D’autant que la boisson garde ses bulles assez longtemps. Et puis bon, le packaging rouge/bleu saturé et sa police datée lui donnent un petit côté rétro-local. Pop the Casbah! Dis-moi, papy, c’était comment l’Algérie en 62? T’en mettais, toi, du Zit-Zitoun?

Indications techniques : Si vous comptez trouver du Selecto, je n’ai pas d’endroit en particulier à vous conseiller. On en trouve en GMS ( notamment au Supercasino, 125 Boulevard Vincent Auriol PARIS 13, métro Nationale) ou pour les puristes, dans les épiceries et autres alimentations générales des tréfonds du 18e arrondissement telles que le 14 Marché, 14 rue Marx Dormoy (Métro Marx Dormoy ou La Chapelle). Les prix oscillent entre 1 et 1,60€. Pas cher donc, pour une Rolls Royce.

Matthieu Rostac

Crédit photo : Aurore Colibert et un obscur Skyblog


* Pour ceux qui sont nés avant les années 80, logiquement, vous n’êtes plus en âge de consommer du soda. Vous êtes établis, une belle maison (à crédit), des enfants (à crédit aussi) et donc, point d’épicerie qui n’a de fine que le nom pour vous nettoyer l’estomac après un samedi soir mouvementé. A l’inverse, si tu es né après les années 80, ahah, va m’acheter de suite cet album collector du 113, monument de la dévolue culture Skyrock nineties.

** Paroles trouvées sur le collégial et élégant site de paroles Rap2France.com.

Publicités

3 réponses à “Selecto : le Coca du pauvre n’en est pas un!

  1. Pingback: La Tunisie a le béguin pour le Boga « J'aime le soda

  2. Bonjours, je voudrai juste dire que le selecto « imitation » coca, c’est faut, Selecto : 1878
    C***-Cola : 1886
    Ils sont fort c’est Algérien pour imité quelque chose qui n’existe même pas ^^

    • C’est pas moi qui le dit, c’est Rim-K du 113! ET puis si tu regardes bien, dans le titre, il y a écrit « le coca du pauvre n’en est pas un »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s